3 min de lecture Football

Pourquoi l'arbitre Bibiana Steinhaus est entrée dans l'histoire

PORTRAIT - Dimanche 10 septembre, cette Allemande de 38 ans a été la première femme à officier dans un match de première division européenne.

Bibiana Steinhaus, première femme à arbitrer un match de première division en Europe
Bibiana Steinhaus, première femme à arbitrer un match de première division en Europe
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

"J'arbitre parce que mes compétences me le permettent, pas parce que je suis une femme". En une phrase, Bibiana Steinhaus a voulu balayer les préjugés sexistes. Inconnue en France, cette dernière s'est fait un prénom et un nom dimanche 10 septembre 2017. À 15h30, elle a en effet donné le coup d'envoi de la rencontre entre le Herta Berlin et le Werder Brême, comptant pour la troisième journée de Bundesliga, l'élite du football allemand.

Un premier coup de sifflet avant de nombreux autres. Pendant plus de 90 minutes, Bibiana Steinhaus a dirigé la rencontre d'une main de maître devenant ainsi la première femme de l'histoire du football à diriger un match de première division en Europe. Si de rares arbitres féminines avaient déjà officié à un tel niveau comme juge de touche en France, en Angleterre ou encore en Italie, jamais elles ne s'étaient retrouvées au cœur du jeu

Une arbitre déjà très expérimentée

Derrière elle, à 38 ans, Bibiana Steinhaus a déjà une carrière bien remplie. Outre ses dix saisons d'arbitrage en deuxième division masculine, cette athlète d'1,81m - qui avoue être une piètre joueuse - a dirigé tous les matches les plus prestigieux du foot féminin, dont les finales de Coupe du monde, des Jeux olympiques et de la Ligue des champions.

C'est d'ailleurs sur son expérience, mais aussi sur son tempérament affirmé, que la Fédération allemande a misé pour cette nouvelle saison de Bundesliga. "Je suis consciente que je vais être observée de près par les médias et par le public. Mais je suis habituée à cette pression et je suis convaincue que je vais rapidement trouver mes marques", déclarait-elle alors au printemps dernier lors de sa nomination.

C'est une incitation incroyable à continuer de travailler dur

Bibiana Steinhaus
Partager la citation
À lire aussi
Lilian Thuram racisme
"Racisme anti-blanc" : pourquoi cette expression est-elle contestée ?

À l'époque, elle assurait alors que ce "rêve devenu réalité" la "remplissait naturellement de joie". "D'une part, cela confirme mon travail acharné, et d'autre part, c'est une incitation incroyable à continuer de travailler dur", lançait celle qui est également la compagne de l'ancien arbitre international britannique, Howard Webb.

Un sexisme bien réel

Celle qui travaille également comme fonctionnaire de police s'est pourtant déjà heurtée au sexisme, dans un monde du ballon rond encore particulièrement fermé. Mais, elle ne s'est jamais effacée et a fait front à sa manière. En 2015, alors qu'elle évolue depuis 2007 en Bundesliga 2, l'antichambre de l'élite allemande, elle expulse un joueur coupable d'avoir tenus des propos sexistes : "Les femmes n'ont pas leur place dans le football masculin". Résultat, Kerem Demirbay, du Fortuna Düsselford voit rouge et est suspendu cinq matches, comme le rappelait L'Équipe le mois dernier.

Une péripétie peut-être isolée mais qui prouve encore l'ensemble du chemin qu'il reste à faire. Dimanche 10 septembre, la femme en noir a livré une prestation aboutie largement saluée. "Je l'avais dit avant le match, le sexe ne joue aucun rôle, ce qui compte c'est la performance, et aujourd'hui, c'était ok", a notamment déclaré Alexander Nouri, le coach du Werder Brême.

Si je suis un exemple pour beaucoup de jeunes filles, je m'en réjouis évidemment

Bibiana Steinhaus
Partager la citation

Malgré tout cela, Bibiana Steinhaus refuse d'être vue comme une combattante". "Je n'ai jamais fait cela dans un but de faire progresser l'émancipation des femmes. Je fais seulement ce que j'aime", a-t-elle glissé dans une interview quelques jours avant sa grande première. Cependant, celle qui affiche sa chevelure blonde sur le rectangle vert a conscience que son image a pris un nouveau virage avec cette grande première : "Si je suis un exemple pour beaucoup de jeunes filles, ou même une pionnière pour faire avancer l'égalité des droits, je m'en réjouis évidemment".

Une chose est sûre, cette nomination a déjà été saluée dans les plus grandes instances. Dimanche 10 septembre, Brigitte Henriques, la vice-présidente de la Fédération française de football, a notamment assuré que la compétence n'était pas une question de sexe ou de genre sur Franceinfo. "Quel que soit le domaine, le monde de l'entreprise ou l'arbitrage, partout, la compétence n'a pas de genre et l'on doit toujours pouvoir avoir le choix entre des hommes et des femmes", a-t-elle lancé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Football Bundesliga Portrait
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants