3 min de lecture Musique

VIDÉOS - Patrick Bruel interprète 3 titres de son album hommage à Barbara dans "Le Grand Studio RTL"

REPLAY / LE GRAND STUDIO - Le chanteur a dévoilé le 27 novembre un album hommage à Barbara "Très souvent, je pense à vous". Il interprète 3 titres dont "L'Aigle noir".

ampli - le grand studio rtl Le Grand Studio RTL Éric Jean-Jean iTunes RSS
>
Patrick Bruel - Le mal de vivre Crédit Image : Fred Bukajlo / Abaca | Date :
La page de l'émission
Laetitia Limmois
Laetitia Limmois

Sans flagorner, Patrick Bruel a vendu près de 15 millions d'albums, joué dans une cinquantaine de films et au théâtre et assuré une centaine de concerts. Après sa tournée en 2013, un nouveau projet a émergé dans l'esprit de l'artiste : un hommage à Barbara avec l'album Très souvent, je pense à vous sorti en novembre dernier. Le titre du disque est tiré d'un fax que lui avait envoyé la chanteuse décédée en 1997.

>
Patrick Bruel - Le mal de vivre Durée : |

"C'était extraordinaire d'avoir si longtemps eu envie de la connaître mais pas forcément de la rencontrer, j'avais un petit peu peur de la rencontrer. Je me suis un peu fait prendre par le bras pour qu'on m'emmène jusqu'à elle, au théâtre Mogador en 1990. Souvent, on idéalise les gens et on n'a pas forcément envie de risquer une petite déception. Cela pouvait être le cas. C'était stupide de ma part parce que la connaissant et connaissant son histoire, son parcours, c'était évident ", a confié Patrick Bruel dans Le Grand Studio de RTL

>
Patrick Bruel - L'aigle noir Durée : |

"Vous ne pouviez pas me fuir indéfiniment", lui avait-elle dit à l'époque. Le chanteur se rappelle avoir discuté avec Barbara. "Une très jolie discussion, se souvient-il. Je voulais lui parler d'elle mais elle ne me parlait que de moi. Comment je vivais tout ça..." L'artiste était en pleine Bruelmania. "Elle s'était rendue compte que quelque chose se passait et que je n'allais pas avoir toutes les facilités du monde à le gérer."

L'interprète c'est la grande Barbara, on ne touche pas à ça

Patrick Bruel
Partager la citation

Patrick Bruel se déclare "heureux" de ce que font les gens de cet album. "Certains ne connaissaient pas Barbara et me disaient : 'Barbara qui ?' C'est un peu pour ça que j'ai fait cet album et ne serait-ce que pour ça, c'était chouette de faire découvrir ses chansons et de donner envie aux gens d'aller la connaître. Il y a ceux qui la connaissaient un peu et qui la découvrent différemment. Il y a ceux qui la connaissaient très bien et qui sont contents que je le fasse et ceux qui ne voulaient pas en entendre parler. Je peux comprendre cela."

>
Patrick Bruel - A Mourir pour mourir Durée : |
À lire aussi
vinyles-795x530 musique
Bonus Track du 17 novembre 2019

Le chanteur n'a pas fait "du Bruel" sur ce disque mais s'est mis au service des textes de Barbara pour en faire ressortir l'émotion. Pour la première fois, il a interprété des morceaux qu'il n'avait pas écrits. "La seule difficulté était de se coller trop près de l'interprète. L'interprète c'est la grande Barbara, on ne touche pas à ça. On respecte infiniment les chansons et les respecter c'est conserver leur audace. Barbara n'appartient à personne, elle appartient au patrimoine."

Entre 11 et 15 ans, elle vit un drame que l'on ne connaîtra pas, que l'on ne connaîtra qu'à sa mort

Patrick Bruel
Partager la citation

Barbara a eu une enfance horrible. Elle est née dans les années 30 et a 10 ans quand commence la guerre. Son père juif alsacien est obligé de se cacher. "Elle évite de peu la déportation, explique Patrick Bruel. Entre 11 et 15 ans, elle vit un drame que l'on ne connaîtra pas, que l'on ne connaîtra qu'à sa mort. Elle va se construire là-dessus, sur cette douleur, sur cette violence. Elle comprend que la survie c'est la chanson, la voix, le piano." Elle arrive à Bruxelles et change de nom pour s'appeler Barbara. "Elle va crever la dalle. Elle va presque mourir tellement elle n'y arrive pas, elle ne rencontre pas de producteurs ni le succès ni les gens pour l'écouter."

Elle arrive dans les années 60 à Paris où le premier à lui tendre la main va être Brassens. Elle assure ses premières parties. En 1970, elle est déjà une superstar. Elle a presque fini un album mais il lui manque une chanson. Elle trouve un texte qui est en fait une transcription d'un rêve qu'elle a fait. "On lui dit cette phrase que les chanteurs entendent tous dans leur vie : 'Il manque un tube'. Et elle compose L'Aigle noir et ça va être son tube. C'est sa seule chanson classée dans les hits parades."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musique Patrick Bruel Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants