1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Patrick Bruel : "Les mots de Barbara m'ont accompagné toute mon enfance"
3 min de lecture

Patrick Bruel : "Les mots de Barbara m'ont accompagné toute mon enfance"

REPLAY - INVITÉ RTL - Patrick Bruel s'empare du répertoire de Barbara, et revisite 15 chansons de la dame brune, dans l'album "Très souvent, je pense à vous..." qui sort vendredi.

Patrick Bruel en concert aux Francofolies en Bulgarie
Patrick Bruel en concert aux Francofolies en Bulgarie
Crédit : NIKOLAY DOYCHINOV / AFP
Patrick Bruel évoque son album dédié à Barbara, partie 1
00:10:54
Patrick Bruel évoque son album dédié à Barbara, partie 2
00:03:50
Patrick Bruel parle cinéma
00:02:22
Anthony Martin & Stéphane Boudsocq & Martin Cadoret

Très souvent, je pense à vous, c'est le titre du nouvel album de Patrick Bruel, composé de 15 reprises de Barbara. Les mots des chansons de Barbara; comme par exemple Le mal de vivre, ont une résonance toute particulière depuis 10 jours. "Comme beaucoup de chansons de Barbara", abonde le chanteur. "Je pense à Perlinpinpin, par exemple. Depuis les attentats, c'est assez extraordinaire de voir les internautes mettre quelques phrases de Barbara sur les réseaux sociaux", confie Patrick Bruel. Pour le chanteur, "la peur est un droit et elle peut être porteuse de réflexion, de grandes décisions, de recul. Il ne faut pas qu'elle soit paralysante. Il est évident que les concerts sont une manière d'exprimer, d'être là, d'être présent".

Respect à la lettre des textes de Barbara

Dans son album Très souvent, je pense à vous..., il reprend 15 chansons de Barbara. Parmi eux, des classiques (L'Aigle noir, Nantes, Göttingen, Dis, quand reviendras-tu) et des chansons moins connues. Il a respecté chaque note écrite par Barbara, chaque mot aussi, et il a même gardé le féminin dans certains textes. "Je l'ai fait quand ça faisait sens. Dans Madame, je ne change aucune phrase puisque c'est l'histoire d'une femme qui a vu son histoire d'amour fracassée par la maman de son compagnon, compagnon qui s'est suicidé. Ce choix c'est aussi un clin d’œil au mariage pour tous", révèle Patrick Bruel.

Les mots de Barbara ont comblé beaucoup de choses, de doutes, de failles

Patrick Bruel

Le chanteur s'est aussi permis quelques libertés : changer le piano en guitare, rajouter un peu d'électro... "Il fallait respecter l'audace de Barbara. Elle aussi avait essayé la musique électronique, elle était très tentée par ça. Je ne pouvais pas reprendre ce répertoire qui m'a accompagné toute mon enfance sans aller dans le sens de ce qu'était cette grande dame", confirme l'acteur-chanteur. Lui qui n'a pas l'image d'un grand mélancolique s'est senti à l'aise avec les mots de Barbara. "Ils m'ont accompagné toute mon enfance, toute mon adolescence. Elle a comblé beaucoup de choses, de doutes, de failles. Ma maman ne savait pas à quel point en me présentant la Grande Dame, elle penserait les blessures de quelques parcours ombrageux", confie Patrick Bruel.
L'artiste hésite encore à chanter Barbara sur scène, mais l'envie est là. "Je suis en train d'y réfléchir. J'ai quelques idées, mais peut-être quelque chose d'unique. Je ne sais pas, je suis en train de me poser la question. Pendant ma tournée acoustique, j'avais chanté Vienne. À l'issue d'un concert, je m'étais dit 'je ne peux pas m'arrêter là'. Se retrouver face aux chansons tout seul, c'est quelque chose", révèle-t-il.

Un succès en musique et au cinéma

Patrick Bruel est l'un des rares artistes français à avoir du succès en chanson, et au cinéma. Un effet Bruel existe au box-office : Tu veux ou tu veux pas en 2014 avec Sophie Marceau avait fait plus d'un million d'entrées. Ange et Gabrielle, sorti mi-novembre avec Isabelle Carré : 300 000 spectateurs en 10 jours dans un contexte de plus en plus difficile pour le public. En même temps, il tourne peu. "Forcément, je ne peux pas faire autant de films que je le souhaiterais. J'essaie de faire des choix, et pour Ange et Gabrielle je suis très content. J'ai pris beaucoup de plaisir et le public aussi. Le film a quelque chose d'assez frais, d'assez agréable", s'enthousiasme Patrick Bruel.
Sa prochaine aventure cinéma sera un film dramatique dont le tournage s'achève tout juste : l'adaptation du roman de Joseph Joffo. Un sac de billes, réalisé par Christian Duguay avec au casting Elsa Zylberstein et Christian Clavier, c'est l'histoire de deux petits frères juifs qui fuient à travers la France durant l'occupation dans les années 40. "Ce n'est pas un film de plus sur la Shoah, c'est un film qui se voit par le prisme des enfants. Je joue le père de ces enfants, et je joue des scènes ou j'explique l'absurdité de la haine, de la violence nazie. Quand à Paris, j'explique à mes enfants, assez choqués, l'inexplicable, l'intolérable... en effet, ça résonne", s'émeut l'artiste.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.