1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. iTunes Festival : de N.E.R.D à "Get Lucky", Pharrell Williams célèbre 15 ans de tubes
3 min de lecture

iTunes Festival : de N.E.R.D à "Get Lucky", Pharrell Williams célèbre 15 ans de tubes

ON Y ÉTAIT - Mercredi 10 septembre, le chanteur a fait revivre au public londonien ses plus grands succès en tant qu'interprète, compositeur et producteur lors de l'événement organisé par Apple à Londres.

Pharrell Williams à l'iTunes Festival
Pharrell Williams à l'iTunes Festival
Crédit : PR/Media
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron

Pharrell Williams n’a pas attendu les Daft Punk pour se faire connaître. Si les deux DJ ont contribué à faire de lui une star mondiale, le chanteur affiche 15 ans de carrière au compteur, en solo ou en duo, en tant que chanteur, compositeur ou producteur. Au même titre que les Français casqués, il est un faiseur de tubes. C’est ce qu’il a voulu rappeler mercredi 10 septembre lors de l’iTunes Festival de Londres.

Huit caméras, disposées aux quatre coins coin de la célèbre salle du Roundhouse à Camden, guettent sa venue. Le compte à rebours commence. "Seven, six, five, four…", crie la foule jusqu’à l’arrivée très solennelle de Pharrell Williams. 

L’Américain de 41 ans se tient bras croisés, le visage enfoui sous son désormais emblématique chapeau façon garde montée canadienne. Une armada de danseuses en short en jean se positionnent derrière lui. Il ouvre le concert avec un tube ô combien connu des Daft Punk, Lose Yourself to Dance. Les danseuses sont d’un dynamisme fou, lui sautille nonchalamment d’un pied sur l’autre. Le son, trop fort, n'est pas bien ajusté à la voix de la star et le public ne semble qu'à moitié dans l’ambiance. 

Les Neptunes ressuscités

Pour réveiller la foule, Pharrell Williams joue le registre de la nostalgique. "Si j’ai peux faire des disques aujourd’hui, c’est parce que vous avez soutenu mes précédents albums", déclare-t-il à ses fans. Les premières notes de Frontin résonnent dans le Roundhouse.  Le tube date de 2003. La popstar faisait alors partie d'un duo de génie avec Chad Hugo, les Neptunes. Cette même année, le tandem produit ou est impliqué dans 43% des tubes diffusés à la radio américaine dont l’album Britney (I am a Slave 4 U), le Black Album de Jay-z et Justified de Justin Timberlake. Pharrell Williams interprète alors Like I Love You sur la scène londonienne. Les danseuses enchaînent d’incroyables grands écarts au sol. 

"N.E.R.D n'est pas mort"

Pharrell Williams
À lire aussi

Un tube en entraînant un autre, c’est toute la période N.E.R.D que fait revivre le chanteur sur la scène du Roundhouse. Son ami d’enfance, Shay Haley, avec qui il formait ce terrible trio dans les années 2000, a même fait le déplacement. Réunis, ils clament "N.E.R.D n’est pas mort".  Pour preuve, le duo interprète tour à tour leurs productions passées : Give it to Me (chanté par Jay-Z en 2000) et Hot in Herre (Nelly, 2002). La foule de l’iTunes Festival devient folle. Elle s’amuse, saute, crie "jump, jump" en cœur avec Pharrell Williams. 

Explosion de joie pour "Get Lucky"

Rockstar, Outlaw, Lapdance (N.E.R.D, In Search of, 2001), le chanteur célèbre ses plus beaux succès à l’époque où leurs clips passaient en boucle sur MTV. En grand séducteur, il n’oublie pas de rendre hommage à toutes les femmes de la salle. Il prend longuement les mains des jeunes filles proches de la scène. Tout ce petit jeu pour introduire She Wants to Move (N.E.R.D, Fly or Die, 2004). Les cheveux des demoiselles s’agitent dans tous les sens. L’atmosphère se fait plus langoureuse quand retentit Beautiful (composé et produit pour Snoop Dog en 2003), puis plus urbaine avec Drop It Like It’s Hot (2004). 

Le concert de Pharrell Williams laisse finalement peu de place à son dernier album GIRL. Il interprète Blurred Line et évidemment Get Lucky. La chanson en duo avec les Daft Punk provoque une véritable explosion de joie et d’énergie au sein du Roundhouse. Reste une dernier titre phare : Happy. L'hymne à la gaieté provoque des réactions jusque dans les vestiaires. Trois employés y improvisent une insouciante chorégraphie en frappant dans leurs mains. C'est à cela que l'on reconnaît une chanson culte.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/