1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Cerrone sur RTL : "Il faut travailler beaucoup pour être à la hauteur"
1 min de lecture

Cerrone sur RTL : "Il faut travailler beaucoup pour être à la hauteur"

INVITÉ RTL - Grand nom du disco, pionnier de la musique électronique, Marc Cerrone revient sur sa carrière fulgurante entre la France et les États-Unis.

Marc Cerrone au Festival de Cannes
Marc Cerrone au Festival de Cannes
Crédit : Valery HACHE / AFP
Cerrone sur RTL : "Il faut travailler beaucoup pour être à la hauteur"
08:49
"Il faut travailler beaucoup pour être à la hauteur" pour Marc Cerrone
08:47
Vincent Parizot

Il a fait dansé des millions de clubbers dans le monde. Cerrone revient sur le devant de la scène avec une nouvelle autobiographie, Paradise (éditions EPA). Un livre dans lequel l'interprète de Supernature aborde ses origines modestes. "On voulait montrer aux jeunes d'aujourd'hui, qui se plaignent d'être dans des banlieues d'immigrés, que la vie peut être belle quand on a une passion", explique Marc Cerrone.

Grand nom du disco, le compositeur a vendu plus de 30 millions de disques durant sa carrière. Un succès qu'il dit devoir à "l'opportunisme". "Il y avait deux personnes en moi. L'ambitieux, un peu mégalo (...) et une autre qui avait un peu peur. Il faut tout faire et surtout travailler beaucoup pour être à la hauteur", raconte-il au micro de RTL.

Cette philosophie a poussé ce fils de cordonnier, d'origine italienne, à partir pour Paris, où il devient le batteur du groupe Kongas. Repéré par Eddie Barclay, Marc Cerrone s'envole rapidement pour les États-Unis. Une vie à cheval entre les deux pays. "Après avoir reçu cinq awards aux États-Unis, je suis revenu en France pour faire un peu de promo. Là, des gens du métier m'ont dit "alors vous ne faites plus de musique ?". Ça ne passe pas", raconte le chanteur.

Pochettes de disques, grosses chaînes en or... Pendant de nombreuses années, Marc Cerrone a cultivé une image bling bling. "À l'époque, on était comme ça. La chemise ouverte avec la chaîne comme le font les rappeurs aujourd'hui. Il faut remettre ça dans le contexte (...). Je n'ai pas senti le besoin de me justifier quand j'avais des pantalons ostentatoires" , explique-t-il avec humour.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/