1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Hommage à Toots Thielemans dans l'Heure du Jazz
3 min de lecture

Hommage à Toots Thielemans dans l'Heure du Jazz

REPLAY - Toots Thielemans, la légende de l'harmonica vient de disparaître, l'Heure du Jazz rend hommage à ce grand musicien belge qui a joué avec les plus grands.

Le joueur d'harmonica Toots Thielemans en juin 2011
Le joueur d'harmonica Toots Thielemans en juin 2011
Crédit : Frederic Sierakowski / Isopix
L'heure du Jazz du 28 août 2016
55:46
Jean-Yves Chaperon
Animateur

Il y avait le Duke, il y avait le Count, et il y avait aussi le Baron… On aurait pu dire le Baron des Marolles. C’était Toots Thielemans, originaire du modeste quartier des Marolles à Bruxelles, anobli, par le roi des Belges, et disparu au début de la semaine. Un grand talent et une grande vie. Né en 1922, fils d’un cafetier, Toots, qui s’appelait encore Jean-Baptiste, avait d’abord appris l’accordéon, puis l’harmonica et la guitare. Toute sa vie il continuera de jouer de la guitare, et plutôt bien, mais c’est l’harmonica qui a bâti son incroyable destin. Juste après la guerre, il part tenter sa chance aux Etats-Unis, s’invite à des jam-sessions dans des clubs de New-York, se fait remarquer par Benny Goodman, qui l’engage… C’est le début de sa carrière américaine, qui l’amènera à côtoyer Charlie Parker, Oscar Peterson, Ella Fitzgerald, Frank Sinatra, Quincy Jones et tant d’autres. En 1962, Toots compose « Bluesette », qui deviendra un immense succès international, et un standard de jazz. 
Qui aurait cru que l’harmonica, ce bout de fer à 10 dollars, aux possibilités limitées, pouvait s’imposer ainsi dans le jazz, au même titre qu’une trompette ou un saxophone ? Mais Toots était virtuose, et savait donner au petit instrument la vitesse, le swing, et l’émotion. Et la fantaisie ! Car Toots était un marrant. Il racontait que lorsqu’il aspirait une note à l’harmonica, son ventre se contractait, et il avait du mal à tenir son pantalon. Du coup, Quincy Jones le surnommait « suspenders » (bretelles) !
Toots a passé une bonne partie de sa vie en tournée et aux Etats-Unis. Mais sur ses vieux jours, il est retourné en Belgique, où il voulait finir sa vie, fier de ses origines. Il y a deux ans, il avait annoncé qu’il arrêtait de jouer, ne se sentant plus la force de tenir tout un concert. Il était resté simple et généreux. Il est mort lundi dernier, à 94 ans, dont plus de 70 de carrière !
Ce dimanche, L’Heure du Jaz rend hommage à Toots Thielemans 



Fin de week-end rythmée le dimanche sur RTL. C’est un voyage à la rencontre du jazz que Jean-Yves Chaperon nous propose. De ses racines à l’électro, en passant par le blues, le funk ou les sonorités brésiliennes, on découvre le jazz dans tous ses états, de 23h à minuit.
 

La programmation de l'heure du jazz

Toots Thielemans. « What Kind Of Fool Am I »
Toots Thielemans/Jamie Cullum« One For My Baby »
Toots Thielemans « Cool & Easy »
Toots Thielemans. B.O.F. « The Getaway » (Quincy Jones)
Toots Thielemans/Beth Hart. « I Gotta Right To Sing To Sing The Blues »
Toots Thielemans. « Bluesette »

Buddy Guy. « All That Makes Me Happy Is The Blues »
Arturo O’Farrill. « Alma Vacia »
Aretha Franklin. « It Ain’t Necessarily So »
John Coltrane. « Locomotion »

Avec notre partenaire Jazz News

Jazz News n°53 juillet 2016
Jazz News n°53 juillet 2016
Crédit :

L'actualité du jazz sélectionnée par Jean-Yves Chaperon et notre partenaire, Jazz News, dont le nouveau numéro est disponible en kiosque et sur son application Ipad avec un sommaire interactif,  plus de 80 extraits de musique, des diaporamas sonorisés, des séquences vidéos, des partages sur les réseaux sociaux.

L'équipe de l'émission vous recommande
À lire aussi

 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/