4 min de lecture Festival

EN IMAGES - Bière, poussière et metal : au coeur du Motocultor Festival

NOUS Y ÉTIONS - Du 19 au 21 août, le paisible site de Kerboulard à Saint-Nolff (Bretagne) est devenu le théâtre d'une tonitruante messe metal. Retour sur les images les plus marquantes du festival.

Des festivaliers entament un "circle pit", une sorte de mouvement où les participants courent en cercle devant la scène Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Sur la route de Kerboulard, en Bretagne, seules les voitures laissent deviner qu'un festival de metal a lieu à quelques centaines de mètres Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
La queue pour entrer au Motocultor, vers 16 heures, samedi 20 août Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Un festivalier arbore une veste à patches en attendant le concert de Pipes and Pints Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Des fans vêtus de treillis attendent l'arrivée de Goatwhore, un groupe de black metal américain Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Des fans attendent l'arrivée sur scène de Goatwhore, un groupe de black metal américain Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Des festivaliers attendent l'arrivée de Pipes and pints, un groupe de punk aux influences celtiques Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Ce petit garçon a la meilleure vue pour profiter du concert de Pipes and Pints Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Une festivalière au concert de Pipes and Pints Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Des festivaliers font un slam lors du concert de Pipes and Pints Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Pipes and Pints, un groupe de punk aux influences celtiques d'origine tchèque Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Un festivalier recharge les batteries à l'ombre Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Un festivalier arbore une veste à patches lors du concert de Sordid Ship Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Le chanteur de Sordid Ship, un groupe de punk rock surf breton Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Un festivalier qu'on n'aimerait pas croiser dans une ruelle sombre devant Sordid Ship. Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Les grands gagnants de la journée : ces festivaliers ont réussi à attraper la magnifique bouée canard lancée par Sordid Ship. Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Un festivalier arbore une veste à patches lors du concert de Goatwhore Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Louis Benjamin Falgoust II, le chanteur de Goatwhore, un groupe de black originaire de la Nouvelle-Orélans (États-Unis) Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Des festivaliers qui "headbang" devant Goatwhore Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Des festivaliers devant Goatwhore Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Des festivaliers devant Goatwhore Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Un bénévole prépare des galettes au jambon-fromage Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
Une jeune femme venue assister aux concerts le samedi 20 août Crédits : Camille Kaelblen / RTL.fr | Date : 22/08/2016
1/1
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen
Journaliste

Il est 16 heures ce samedi 20 août et malgré le ciel bleu, Saint Nolff est complètement désert. En traversant ce petit village du Morbihan, accessible par une jolie route boisée, on croit même un instant s'être trompé d'endroit. Difficile d'imaginer en effet qu'à quelques centaines de mètres seulement, le Motocultor, l'un des plus grands festivals de metal français, est en train de battre son plein.

Lorsque l'on s'approche du site de Kerboulard, pourtant, les indices ne trompent plus. Une longue file de voitures s'étire sur le bas-côté de la route, et quelques tentes commencent à apparaître. Un battement sourd, enfin, parvient aux oreilles : les basses. Le coeur s'emballe. On y est presque. 

On débouche finalement sur une immense clairière, et on constate alors l'étendue de notre méprise. Derrière les rangées compactes de tentes, la foule se presse pour entrer. T-shirts noirs, treillis, cheveux colorés, iroquois : plus de doute, la grand messe des métalleux français, c'est bien ici.

"Tu vas crever lentement"

À peine les barrières de l'entrée sont-elles franchies qu'un message sans équivoque retient l'attention : "Tu vas crever lentement", inscrit au dos du T-shirt d'un jeune homme. On en prend bonne note.

À lire aussi
Aya Nakamura sur la scène du Etam Live Show, le 24 septembre 2019 festival
Solidays : découvrez les premières têtes d’affiche du festival

Pourtant, un rapide coup d'oeil alentour nous rassure un peu : sur l'herbe jaunie par le soleil - à l'évidence, il ne pleut pas en Bretagne - certains profitent de ce début d'après-midi pour roupiller un peu. D'autres, à peine plus réveillés, sirotent tranquillement leur bière à même le broc en discutant. L'ambiance est détendue, bon enfant, comme si tous les métalleux de France s'étaient donné rendez-vous pour un barbecue géant. Sauf qu'ici, la viande, on la mange saignante. Voire crue.

Ce petit garçon a la meilleure vue pour profiter du concert de Pipes and Pints
Ce petit garçon a la meilleure vue pour profiter du concert de Pipes and Pints Crédit : Camille Kaelblen / RTL.fr

Vers 17 heures, des centaines de festivaliers convergent vers l'une des trois scènes dans le fond de la clairière. Sur scène, c'est Pipes and Pints ("Des tuyaux et des pintes"), un groupe de punk tchèque qui électrise l'ambiance à coup de cornemuse. Le public est ultraréceptif. Punks à crêtes, faux chirurgiens armés de bras en plastique, têtes brûlées aux cheveux incandescents pogotent avec ardeur, soulevant des nuages de poussière épaisse qui reste sur les vêtements et s'infiltre dans les narines. De ce public bouillonnant dépasse une petite tête : un gamin d'à peine dix ans, casque sur les oreilles pour limiter la casse du son tonitruant, perché sur les épaules de son père. Il maîtrise déjà le "signe des cornes", le fameux geste de ralliement des métalleux du monde entier.

Requins gonflables et black metal sauvage

Un peu plus tard, c'est le punk surf qui est à l'honneur sur la scène principale avec les Bretons de Sordid Ship. Ambiance estivale oblige, le groupe originaire de Lorient a sorti les bermudas et les chemises hawaïennes. Au beau milieu du concert, les musiciens descendent de scène et envoient dans le public des bouées, des matelas et des ballons gonflables. Belle initiative : tout le reste du concert, un superbe requin en plastique s'offre une sympathique échappée dans la marée humaine du public.

Ambiance estivale : les musiciens envoient des bouées, des matelas et des ballons gonflables dans le public.
Ambiance estivale : les musiciens envoient des bouées, des matelas et des ballons gonflables dans le public. Crédit : Camille Kaelblen / RTL.fr

Alors que le soleil descend derrière les arbres, l'obscurité s'empare peu à peu du festival. Entre chien et loup : l'heure idéale pour le show crépusculaire de Goatwhore, un groupe de black metal originaire de la Nouvelle-Orléans (États-Unis). Le charisme animal du chanteur répand sur la clairière des ondes sauvages, et le public perd la tête. Moins de crètes, plus de treillis et de noir dans cette foule, portée par l'intensité des basses et les riffs énervés de Sammy Duet, l'imposant guitariste du groupe. À pleine voix, les spectateurs scandent alors, en français, la traduction littérale du nom du groupe - que nous ne relaierons pas ici, préférant laisser cette tâche aux sites de traduction en ligne...

Mayhem, plongée dans les flammes de l'enfer

Puis le festival plonge dans les ténèbres de l'enfer. Des cierges brûlent sur la scène principale. Dans un silence sépulcral, le public guette l'apparition des spectres du black black metal norvégien : Mayhem ("destruction", "chaos" en anglais). Comme des ombres revenues d'outre-tombe, les musiciens se glissent sur scène. Ils entament un hymne tout droit sorti de l'antre du diable. Macabre, froide, leur prestation a l'odeur de la mort et de la désolation. Mais n'entame pourtant pas la joie de vivre et l'humour vachard de certains spectateurs : "la fumée, c'est pour qu'on voit pas leurs têtes", glisse l'un d'entre eux.

Dans les profondeurs de la nuit, le Motocultor offre ensuite une procession d'anthologie pour les amoureux de metal progressif et de post-metalCult of Luna et ses sons lourds et planants mettent en transe les festivaliers, venus nombreux pour l'occasion. Puis c'est au tour de l'indétrônable Neurosis d'offrir ses mélodies exigeantes, dans une parfaite maîtrise des éléments. Une heure de tempête musicale, à voguer entre les meilleurs albums de ce groupe hors-normes.

Sur le chemin du retour, la route est déserte. Dans la nuit noire de ce coin de Bretagne, pourtant, la musique parvient encore, de plus en plus lointaine. Comme un songe plein de rage, de peur et de plaisir, elle finit par s'évanouir. Mais cette édition 2016 du Motocultor, elle, restera gravée, comme un étrange tatouage dans le cerveau.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Festival Metal Images
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants