8 min de lecture Divertissement

Zinedine Zidane : Un joueur et un entraîneur plein de "sagesse" selon Guernot Rohr

Invité de Stéphane Bern ce mercredi matin, Guernot Rohr, l'ancien entraîneur de Zinedine Zidane chez les Girondins, revient sur l'incroyable talent du sportif français...

Micro générique Switch 245x300 À la Bonne Heure ! Stéphane Bern iTunes RSS
>
Julien Courbet, MC Solaar, Guernot Rohr et Thierry Fremaux dans "À La Bonne Heure !" du 10 juin 2020 Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Germain Sastre
Germain Sastre
Rédacteur émission

En 1996, Guernot Rohr était l'entraîneur des Girondins de Bordeaux. Dans son équipe, il y avait notamment des joueurs dont on allait entendre parler deux ans plus tard lors de la Coupe du Monde 1998 : Christophe Dugarry, Bixente Lizarazu mais aussi Zinedine Zidane !

Ce dernier est arrivé à Bordeaux en 1992 et Guernot Rohr a tout de suite décelé un talent exceptionnel chez ce jeune footballeur de 20 ans à l'époque : "On a tout de suite vu sa technique, son adresse avec le ballon et son mental de jeune joueur ambitieux qui voulait faire sa place. On l'a vu arriver avec toutes ces qualités (...) C'était un joueur d'avenir", explique-t-il à Stéphane Bern avant d'ajouter : "Il a été l'un des meilleurs de l'équipe (...) et ce jeune 'Zizou' était vraiment très prometteur".

Concernant la facilité technique de Zidane, Guernot Rohr raconte : "Ce n'est pas seulement inné son talent pour le football, c'était aussi le fruit de son travail. Il avait une formation en tant que jeune joueur stagiaire aspirant à Cannes où il avait acquis les bases à 15 ans. A force de travailler, il a pu parfaire sa technique avec une grande vitesse d'exécution (...) Il avait aussi cette spécialité de coup de pied arrêté qu'il avait travaillé lors des entraînements, après la séance collective. Il gardait souvent le ballon pour pouvoir s'entraîner tout seul".

En plus d'être un bon joueur et un bon entraîneur aujourd'hui, Guernot Rohr rajoute une troisième qualité à Zinedine Zidane : "Un bon être humain, ce qui est quand même le plus important. Il avait les qualités du joueurs, de l'entraîneur qu'il a prouvé avec toutes ses victoire et aussi la sagesse qui ne l'a jamais quittée", conclut l'ancien footballeur allemand.

À lire aussi
Titoff dans "Les Grosses Têtes" titoff
L'été des Grosses Têtes du 18 juillet 2020

Nous vous proposons de (re)découvrir la séquence dans son intégralité ci-dessus...

Les énigmes de "A La Bonne Heure !"

Retrouvez Stéphane Bern et l'équipe de A La Bonne Heure ! du lundi à vendredi de 11h30 à 12h30 pour une émission spéciale confinement. 

Pour vous divertir, toutes générations confondues, l'équipe de l'émission vous propose un jeu qui vous emmène des rois aux rois de la pop, des trésors de nos villages aux trésors de la chanson, du cinéma, de tout ce qui fait le patrimoine, et à la rencontre aussi de personnalités qui font l’actualité culturelle. 

Quatre nouvelles énigmes au menu ce matin, et quatre chances de gagner des cadeaux ! Pour cela, dès que vous croyez avoir la bonne réponse à l’énigme, envoyez un SMS au 64900 (0,35cts/sms) avec le mot clé "JEU" suivi de votre réponse. Vous passerez peut-être à l’antenne afin de la vérifier avec Stéphane Bern et un invité qualifié.

Énigme n°1

Ce prodige, car c’en est un, voit le jour en juin 1972, dans l'une des plus anciennes et des plus ensoleillées cités de notre pays. La famille, nombreuse, n'est pas riche et vit loin des beaux quartiers mais l'amour ne manque pas et les aînés veillent au grain. Dans le labyrinthe de béton où il joue avec ses petits camarades, le plus jeune de la fratrie démontre vite des aptitudes physiques époustouflantes. Contactés par des professionnels du milieu, les parents hésitent longuement et finissent par le laisser partir. À 15 ans seulement, leur dernier fils leur échappe mais ils le pressentent : un grand avenir lui est promis !


La suite des événements leur donne raison : Cannes, Bordeaux, Turin… Partout où il se "produit", le jeune homme fait des miracles. Il n'est peut-être pas le plus rapide mais sa technique exceptionnelle et sa prodigieuse intelligence du jeu font de lui l'un des plus brillants sinon le plus brillant de sa catégorie ! Comble de l'élégance : jamais aucun effort apparent dans ses gestes. Une sorte de grâce nietzschéenne, c’est à dire du geste pur comme débarrassé de tout travail, de tout apprentissage ou plus exactement qui fait oublier le travail et l’apprentissage. Au faîte de sa carrière, "El Maestro" possède son art comme personne et, mieux encore, il rend les autres "meilleurs" ! Que demander de plus ?!

Sa sortie de scène, hélas, est moins glorieuse qu'on aurait pu l’espérer. La faute à l'épuisement, à la pression sans doute, mais aussi à un orgueil farouche et un sens de la famille peut-être un peu trop poussé. Qu'a cela ne tienne ! Depuis quelques années il s'est reconverti en meneur d'hommes et, avec quel succès, volant encore de victoires en victoires ! D’où le rêve de nombreux français : le voir revenir au bercail dans son nouveau rôle et soulever, une fois encore, le trophée Jules-Rimet. De quel génie du sport vous ai-je parlé ?



Réponse : Zinedine Zidane.

Au téléphone : Guernot Rohr, son ancien entraîneur chez le Girondins de Bordeaux.

Énigme n°2

C'est une œuvre d'art qu'il faut trouver à présent. Une œuvre qui oblige à revenir sur plus de 150 ans de mystères, de scandales, de censures et surtout de fantasmes ! Tout au long de son histoire, cette toile provoqua bien des émois, choquant aussi bien les puritains de la fin du 19e siècle que les "geeks" de la Silicon Valley ! Joli tour de force…

On ne sait absolument rien de la conception de cette œuvre. Son auteur n'a fourni aucune explication ni sur son inspiration, ni sur sa manière de procéder. Ce qui est certain en revanche, c'est qu'il la livre à son commanditaire à la fin de l'année 1866. L'heureux propriétaire est alors une figure du tout Paris : Un homme puissant et intriguant, grand amateur de jeu et de femmes. Dès qu'il se trouve en possession de l'œuvre, il l'entrepose dans sa salle de bain, derrière un petit rideau vert. Drôle d’exposition pour une œuvre d’art ? Certes, mais c'est que, malgré sa vie dissolue, le collectionneur est tout à fait conscient de "l'indécence" ou du caractère provocateur de ce tableau…

Quelques années plus tard, criblé de dettes, ce même homme est contraint de céder la fameuse toile ! Commence alors pour elle un curieux "tour d'Europe" : Elle reste à Paris quelques temps, puis voyage en Belgique, en Hongrie, probablement en Russie avant de revenir à Paris ! En raison de son caractère licencieux, elle est généralement vendue sous le manteau puis "cachée" sous des ouvrages plus anodins. 

Le dernier "particulier" à la posséder n'est autre que le célèbre psychanalyste Jacques Lacan. Sa femme et lui décident d'en réserver la jouissance aux visiteurs de leur maison de campagne et lorsque le couple disparaît, l'objet du scandale est transféré au musée d'Orsay !

Depuis 1995, chacun est enfin libre d'admirer cette œuvre qui fut pendant longtemps l'une des plus connues mais aussi l'une des moins vues de son auteur. Récemment, un spécialiste a même percé son grand secret en révélant le nom de la femme qui aurait servi de modèle. Sans surprise, ce serait une maîtresse du premier propriétaire de la toile, une ancienne danseuse , qui serait à l'origine du plus beau, paysage intérieur de l'histoire de la peinture…


Explication : La femme qui a servi de modèle était une ancienne danseuse du nom de Constance Quéniaux. Elle a 34 ans quand le tableau est peint. Elle ne danse plus mais est l’une des maîtresses du commanditaire du tableau, un riche égyptien du nom de Khalil Bey.

Réponse : L'origine du monde (1866) de Gustavec Courbet.

Au téléphone : L'animateur de Ça peut vous arriver sur RTL, Julien Courbet.

Énigme n°3

Maintenant, il faut deviner un mouvement culturel né il y a plus de 40 ans à New-York. Nous sommes alors au milieu des années 70…

A cette époque, le disco fait fureur dans les clubs mythiques de Manhattan. Mais dans les quartiers voisins, plus populaires, l’ambiance est bien différente. Le Bronx, le Queens ou encore Brooklyn ont des allures de zones de guerre où la violence règne. Pour leurs habitants, et surtout la jeunesse, un seul moyen d’échapper à cette vie compliquée, le temps d’un instant : Les soirées de DJs comme celles de DJ Kool Herc (considéré comme l’un des pionniers du mouvement) qui ont lieu au 1520 Sedwick Avenue…

C’est une nouvelle façon de concevoir la musique : Sur deux platines, le DJ mixe des disques qu’il "scratche" et qui sert de base rythmique au mouvement dont on cherche le nom ce matin.

Influencé par d'autres genres musicaux comme le blues ou le jazz, ce mouvement culturel gagne peu à peu de l’ampleur. Très rapidement, plusieurs groupes se forment et la concurrence fait rage. Parmi eux : Les Brothers Disco, Grandmaster Flash ou encore les Furious Five…

Il faut attendre 1979, pour que le premier groupe issu de cette culture sorte un album. Il s’agit d’un trio : Le Sugarhill Gang ! Son premier titre, clairement influencé par le funk, est un véritable carton. Le single est même le premier du genre à faire son entrée dans le top 40 américain. Au total, plus de 15 millions d’exemplaires vendus. Le mouvement est propulsé au rang de culture planétaire. On le retrouve même dans un titre du groupe punk anglais, The Clash, intitulé The Magnificent Seven en 1980…

Mais en réalité, c’est vraiment à partir des années 90 que cette musique se répand partout dans le monde. En France, c’est l’année 1991 qui signe les débuts de ce mouvement dans l’hexagone …

Quant à l’origine de son nom, elle est controversée. Il vient peut être de l’acronyme de "Rythme et poésie" ("Rythme And Poetry" en anglais) ou d’un verbe qui signifie "bavarder", "baratiner" en argot américain. Alors, avez-vous trouvé le nom de ce mode d’expression artistique qui a notamment puisé ses influences dans la culture parlée afro-américaine ?



La réponse : Le rap.
 
Au téléphone : Le rappeur MC Solaar.

Énigme n°4

Il y a bientôt 125 ans, le 28 décembre 1895, une trentaine de personnes assistaient à un événement prodigieux. Blottis les uns contre les autres dans un café parisien, incrédules, ils devaient se pincer pour croire à ce qui était en train de se dérouler devant leurs yeux…
Une fois sur le trottoir, ils n'avaient qu'une hâte : se jeter sur les passants et les inciter à débourser un franc et à faire comme eux ! Cette journée extraordinaire et tout ce qui en découla, on le doit à deux hommes, mi-ingénieurs, mi-artistes dont il faut donner le nom !

Ils sont nés dans la deuxième moitié du 19e siècle, à deux ans d'intervalle. Encore enfants, alors qu'ils jouent dans une grotte au bord de la Manche, ils se retrouvent coincés par la marée montante. Terrorisés, craignant de mourir bientôt, les garnements se promettent, s'ils en réchappent, de ne plus jamais se quitter et de tout faire ensemble. Une fois sains et saufs, ils tiennent promesse : Non seulement ils habiteront toujours sous le même toit, mais en plus ils épouseront des sœurs ! Cette complicité, ils la mettent également en œuvre dans le travail. Reprenant et améliorant l'entreprise du père, photographe de métier, les deux lyonnais ne cessent de créer toutes sortes de "techniques" nouvelles. A la fin de leur vie, ils auront déposé pas moins de 200 brevets !

Mais leur coup de génie intervient en 1894. Nos deux inséparables décident à cette époque de s’intéresser à l'invention d'un certain.. Thomas Edison. Une invention qui fait déjà grand bruit mais qu'ils vont considérablement perfectionner ! En quelques mois seulement, ils en simplifient le principe et en modifient la destinée : là ou l'américain proposait une distraction solitaire, les français, eux, mettent au point une expérience.. collective !

De nos jours, le nom de ces deux pionniers est connu de tous et dans le monde entier ! Leur inventivité incroyable a donné naissance à ce qui est à la fois une puissante industrie et un art majeur. Mais laissons le dernier mot, si vous le voulez bien, à Bertrand Tavernier : Dans une très jolie formule, le réalisateur a dit un jour que ces deux hommes avaient, tout simplement, "offert le monde au monde". Alors, qui sont ces deux inventeurs au nom prédestiné ? 




 
Réponse : Les frères Lumière.
 
Au téléphone : Thierry Fremaux, délégué général du Festival de Cannes et directeur de l’Institut Lumière à Lyon, la ville des frères Lumière.

Lire la suite
Divertissement Stéphane Bern Zinédine Zidane
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants