1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. L'hirondelle Hiroko a fait le printemps de Cardin
2 min de lecture

L'hirondelle Hiroko a fait le printemps de Cardin

REPLAY - Le couturier Pierre Cardin a été le premier créateur français à faire défiler un mannequin japonais. Hiroko Matsumoto sera la muse de sa carrière naissante.

Le designer Pierre Cardin en 2014 (archives)
Le designer Pierre Cardin en 2014 (archives)
L'hirondelle Hiroko a fait le printemps de Cardin
04:00
Jean-Alphonse Richard

C'est à 10.000 kilomètres de Paris, à Tokyo, que Pierre Cardin a choisi de croiser son destin avec Hiroko Matsumoto. Le premier est couturier. Il sera bientôt l'un des Français les plus connus dans le monde. La seconde habite au bout de la Terre. Elle va être l'une des icônes des sixties.

À 23 ans, la jeune femme affiche de grands yeux noirs et un petit visage blanc comme celui des geishas. Elle pose pour des publicités. Il en a 37, s'est déjà beaucoup fait remarquer dans le monde la mode où il prépare une insurrection. Ce bouleversement s'appelle le prêt-à-porter.

Pierre Cardin est amoureux de la très jolie Hiroko. Lui qui fait le tour du monde pour trouver de nouvelles idées, voit aussitôt en elle la représentation de la femme moderne. Hiroko va hésiter deux bonnes années avant de suivre Cardin dans ses aventures futuristes. Son arrivée va être un choc. Sa photo est dans tous les magazines.

Hiroko est la femme Cardin. Exotique et avant-gardiste, "Mademoiselle Hiroko" - comme la presse la surnomme - est la star du studio de couture. Robes bulles, chasubles à découpe hublot, mode cosmonaute : "Mademoiselle Hiroko", icône, égérie et muse, présente les tenues les plus extravagantes du visionnaire Cardin. Il habille désormais les stars comme John Steed, pour Chapeau Melon et Bottes de cuir, et dessine les vestes sans col des Beatles.

À écouter aussi

Hiroko ne va défiler que quatre ans. Elle s'éloigne de Pierre Cardin, se marie, joue pour François Truffault dans Domicile conjugal. Elle interprète Kyoko, l'énigmatique maîtresse nippone de Antoine Doinel, alias Jean-Pierre Léaud.

La jeune femme fait une brève incursion à l'été 1975 à la rubrique des faits divers : l'enlèvement de sa fille de vingt mois, restituée contre une rançon de 1,5 million de francs. Hiroko Matsumoto meurt à Paris en 2003. Pierre Cardin, lui, consolidera son empire planétaire. N'oubliant jamais la leçon de son voyage au Japon où l'hirondelle Hiroko avait fait son printemps.

(Chronique mise en ondes par Grégory Caranoni)

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/