1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : "À Najat Vallaud-Belkacem les bancs de l'école, à Idriss Sihamedi le banc de touche"
3 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : "À Najat Vallaud-Belkacem les bancs de l'école, à Idriss Sihamedi le banc de touche"

ÉDITO - Invitée du "Supplément" sur Canal +, Najat Vallaut-Belkacem s'est retrouvée embarrassée face à un invité accusé de ne pas avoir condamné l'organisation terroriste Daech.

Najat Vallaut-Belkacem sur le plateau du "Supplément" de Canal + le 24 janvier 2016
Najat Vallaut-Belkacem sur le plateau du "Supplément" de Canal + le 24 janvier 2016
Crédit : Capture Canal +
Isabelle Morini-Bosc

Vous prendrez bien un peu de scandale en supplément ? Ou plutôt dans Le Supplément, l'émission dominicale qu'assure cette saison Ali Baddou sur Canal +. Pour être franche, je connais surtout par ouï-dire ce magazine diffusé à la même heure que les infos de la mi-journée de TF1 et de France 2, des journaux dont je n'arrive pas à me dispenser. Il m'arrive subséquemment de découvrir tardivement le contenu de ce magazine en clair qui fait comme on dit "le buzz" - souvent à tort, parfois avec raison.

Il m'a semblé, cette fois, particulièrement nécessaire de regarder dans le rétroviseur et de m'intéresser à cette hebdomadaire dont les réseaux causent encore aujourd'hui parce qu'elle a fait parler dimanche. L'émission recevait alors la Ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem (pour parler réforme, quelle surprise !), et le très barbu Idriss Sihamedi, fondateur de BarakaCity, une organisation humanitaro-musulmane présente dans 22 pays. Pourquoi était-il invité ? Pour évoquer la détention au Bangladesh de Moussa Ibn Yacoub, l'un de ses salariés.

Vous n'en aviez jamais entendu parler ? Moi non plus. Mais en visionnant l'émission pour détricoter la pelote et mieux comprendre, j'ai surtout compris pourquoi nous étions nombreux à tout ignorer de cet enlèvement. La personnalité de cet Idriss semble en effet expliquer le silence humanitaire d'ensemble. BarakaCity ne serait pas complètement fréquentable. En tout cas pas au point de susciter une mobilisation des autres ONG comme le suggérait avec prudence le frère du prisonnier ("c'est sûrement un frein").

Une séquence qui permet de percer à jour Idriss Sihamedi

Et on a en effet mieux vu le problème dès qu'Idriss Sihamedi a pris la parole, confirmant au journaliste en face de lui que oui, il ne serrait "pas la main des femmes" - ajoutant lâchement "certains rabbins non plus". Et le malaise, qui incubait depuis le début de l'émission, est devenu visible quand, à la question "condamnez-vous les agissements et les crimes de Daech ?", il a refusé de répondre, ripostant qu'on n'interpellerait pas un juif de cette façon. Sa réponse était donc très claire ! Même si c'était une réponse sans réponse. Et peu importe qu'il ait dû finalement marmonner du bout des lèvres, avec réticence, "s'ils brûlent des gens dans des caves... Je ne vais pas vous dire 'non, je ne condamne pas', mais je suis gêné par la question". Ça, c'était manifeste.

À lire aussi

Et que faisait pendant ce temps-là notre Ministre? Évitant de le regarder, elle montrait sa désapprobation par la position de son corps très légèrement détourné, avant de refuser d'engager la discussion. Logiquement. Aurait-elle dû lui foncer dans le lard, si on ose dire sans mauvais goût ? Certains lui ont reproché de ne pas l'avoir fait. D'autres ont apprécié qu'elle ne se soit pas prêtée à une mascarade. Elle-même dénoncera plus tard le fait d'inviter sur un plateau des gens infréquentables pour faire du buzz. Sur ce point, on peut être d'accord.

Ali Baddou and co auraient-ils dû, quant à eux, être plus "officiellement" choqués de propos choquants ? C'était difficile d'en rajouter : Le Supplément est en effet un magazine comprenant plusieurs sujets, et non un unique débat à haut débit, dont on a quand même vu le début ! Il me semble tout de même à l'arrivée difficile de condamner une séquence qui aura eu un immense intérêt : permettre de percer à jour un homme (Idriss Sihamedi) avançant "à couvert". Un homme qu'il est nécessaire de cerner (à tous les sens du terme) ! Alors dimanche dernier, à la Ministre les bancs de l'école, à lui surtout le banc de touche.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/