1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : "Je souhaite moi aussi que 'Les Guignols' restent"
2 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : "Je souhaite moi aussi que 'Les Guignols' restent"

ÉDITO - "Les Guignols de l'info" sont sur la sellette mais ils ont leur place sur Canal +.

Les Guignols de l'Info, émission phare de "Canal+"
Les Guignols de l'Info, émission phare de "Canal+"
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Isabelle Morini-Bosc

On le tient, le débat à haut débit de début d'été. Avec Les Guignols de l'info sur la sellette, sur le départ, bref sur le qui vive, quoi ! Quelle manne, quelle mine. Résumons : le 12 février sur France Inter, le nouveau patron du groupe Canal + Vincent Bolloré se laisse aller à suggérer que les marionnettes de l'info ne sont pas ses meilleurs amis : ni la compagnie, ni leur compagnie ne l'enthousiasme: "Se moquer de soi c'est bien ; se moquer des autres c'est moins bien". Il y a certes plus méchant. D'autant qu'il ne cite jamais les Guignols dans cette interview qui pourrait tout aussi bien concerner Grosland. 
Mais l'homme laisse en privé percer un agacement qui "mute" vite. On lui prête le désir farouche, forcément farouche, de vouloir priver ces clones d'antenne. La rumeur devient une info et l'info se propage à la vitesse de l'éclair.

Les auteurs attaquent

Éclair de génie évidemment du côté des auteurs des Guignols qui appliquent le proverbe militaire "la meilleure défense c'est l'attaque". Les voici donc attaquants puisque semble-t-il attaqués, et mobilisant les téléspectateurs. Tous les feux allumé de ci de là (mais sûrement pas cahin-caha) rapportent le quota et le comptant de "guerriers-guignols" prêts à en découdre. 

Et moi, dites-vous ? Je souhaite moi aussi que Les Guignols restent. J'ai en revanche toujours pensé qu'ils n'étaient pas inattaquables, et que ceux qui se sentaient meurtris par leur double en latex avaient le droit de le dire. Jean-Pierre Papin en tête (p.a.p.in, souvenez-vous). Chacun était ainsi dans son rôle. 

On a pu aussi parfois être agacés par leur façon de désigner "qui était con et qui ne l'était pas". Qui avait le "ticket" ou pas ! Il y a même eu des moments où, à côté de leurs nombreux traits de génie, ils ont frôlé la suffisance et l'insuffisance. Mais voilà, au bout de 28 ans, nos "pantins" continuent à faire la plus belle audience du Grand Journal malgré leur tassement, et cette seule donnée devrait les protéger. Alors gardons-nous de faire les guignols,et gardons-les tout court.   

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/