3 min de lecture Isabelle Morini-Bosc

Isabelle Morini-Bosc : grâce à "PBLV", la vie de certains est "effectivement plus belle"

ÉDITO - La journaliste revient sur le papier paru dans "Le Parisien" dans lequel le quotidien se demande si la série de France 3 est "de gauche".

Roland, le tenancier du bar Le Mistral, est l'un des piliers de "Plus Belle la Vie"
Roland, le tenancier du bar Le Mistral, est l'un des piliers de "Plus Belle la Vie" Crédit : © Fabien Malot / France 3
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Encore un début de débat à haut débit dont nous avons le secret dans la patrie de Jean-Jacques Rousseau, des anges de la télé-réalité et des Shadoks ! Il concerne un feuilleton qui, lancé le 30 août 2004, peut se vanter de 3.195 épisodes au compteur (aiguille arrêtée au 20 janvier), sans compter 19 spéciales. Sachant qu'un épisode de semaine dure 25 minutes, cela nous donne un bout-à-bout de quelques 79.875 minutes d'antenne hors week-end. 

De quoi s'agit-il ? De Plus belle la vie (PBLV), pour l'instant le seul feuilleton quotidien de la télé française. On est certes loin de la fiction américaine Guiding Light (Haine et passion) qui, diffusée à la radio puis à la télé, aura duré 72 ans avant de s'éteindre en 2009. Loin aussi du soap anglais Coronation Street programmé, lui, depuis 1960. Coronation Street était un peu la mesure de référence, de préférence de France 3 quand la chaîne s'est lancée dans l'aventure PBLV. On ne va pas revenir sur les débuts calamiteux de cette "aventure marseillaise" à l'époque critiquée par tous et aimée de personne.

Les scénaristes sont chargés de concevoir des intrigues devant tenir compte de l'actualité du jour

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

La direction avait alors su procéder à des "ajustements" ayant permis la "quête de sens et la conquête d'audience". Elle est par ailleurs fascinante, l'histoire de cette création, création de l'histoire. Mais aussi d'un décor construit en dur pour "tenir" plus de dix ans, avec des vraies fenêtres, de vraies portes, de vrais chambranles pas branlants. Et monté par des grues de chantier ! 

Même obligation de voir loin pour les scénaristes chargés de concevoir des intrigues devant tenir compte de l'actualité du jour de la diffusion un mois plus tard. D'où, en 2007, le tournage de deux séquences différentes, l'une annonçant Nicolas Sarkozy président, et l'autre Ségolène Royale victorieuse. 

"Plus Belle La Vie" est-elle trop de gauche ?

À lire aussi
Élice Lucet présent "Cash Investigation" depuis 2012. Laissez-vous tenter
Élise Lucet à propos de "Cash Investigation" : "C'est notre rôle à nous d'enlever les faux nez"

Cela nous ramène à l'actualité du jour, avec deux pages du Parisien s'interrogeant aujourd'hui sur "l'évolution politique" du feuilleton, soupçonné par de nombreux internautes d'être "de plus en plus à gauche". D'autres se réjouissent au contraire, je les cite, "que ce 26 minutes défende au jour le jour des valeurs de gauche". Comme s'il fallait être "politiquement étiqueté" pour pouvoir prétendre avoir du cœur ! 

Le feuilleton a également tendance, c'est vrai, à montrer les méchants sous les traits de chefs d'entreprise ou (et) de nantis. Il est enfin également reproché aux auteurs d'avoir imaginé des scènes osées, notamment une relation incestueuse entre un frère et une sœur, scène dénoncée par des téléspectateurs oubliant de préciser que les deux amoureux ignorent alors tout de leur lien de parenté. 

Un seul dérapage en 13 ans, si c'est encore trop, c'est tout de même peu

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

En fait, s'il est impensable et impossible de reprocher au feuilleton d'envisager toutes les situations pouvant se présenter dans la vie, il est en revanche admissible de lui reprocher parfois un certain goût pour le nouveau politiquement correct, un "vivre ensemble bobo pseudo gaucho" plutôt clinquant. Il est regrettable puisqu'il ne favorise ni la complexité ni la nuance. 

Reste que le seul vrai dérapage remonte à février 2016 lorsque Coralie, personnage central, est victime de viol ; cette situation extrême donne lieu à un sondage sur le compte tweeter officiel de PBLV, un sondage dans lequel est proposée cette réponse "Coralie l'a cherché". Des excuses sont évidemment présentées. Mais un seul dérapage en 13 ans, si c'est encore trop, c'est tout de même peu. Et c'est également peu de dire que pour des tas de personnes aussi esseulées qu'isolées, grâce à ce feuilleton, elle est effectivement "plus belle la vie". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Isabelle Morini-Bosc Editos Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants