1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Droits TV de la Ligue 1 : "Le monde du cinéma est surpris", explique Alain Terzian
1 min de lecture

Droits TV de la Ligue 1 : "Le monde du cinéma est surpris", explique Alain Terzian

INVITÉ RTL - La perte des droits de retransmission de la Ligue 1 met en péril le cinéma français dont Canal+ est le principal financeur. Mais Alain Terzian se veut rassurant.

Le producteur Alain Terzian le 26 février 2016 au théâtre du Châtelet à Paris
Le producteur Alain Terzian le 26 février 2016 au théâtre du Châtelet à Paris
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Droits TV de la Ligue 1 : "Le monde du cinéma est surpris", explique Alain Terzian
06:09
Éléonore De Marnhac

Le cinéma français est une victime collatérale de la perte de Canal+ des droits de retransmission de la ligue 1. La chaîne est en effet le principal financeur du septième art hexagonal puisqu'elle lui consacre 9,5% des revenus de son activité de télévision payante en France.

Ainsi, selon Alain Terzian, président de l'Académie des César, "le monde du cinéma est surpris" mais le producteur reste "pragmatique" car "le partenaire historique du cinéma français s'appelle Canal+". 

Toutefois, il s'inquiète que "les droits de la ligue 1 du football national en France peuvent être détenus par un opérateur non-national". Il appelle ainsi les différents acteurs à rechercher avant-tout "l'intérêt du téléspectateur qui regarde".

Le poids du football dans les revenus de Canal+ avait poussé Alain Terzian à déclarer en 2014, "l'avenir du cinéma se joue sur un terrain de foot". Une déclaration qu'il "ne [va] pas renier" même s'il "s'est passé un certain nombre de choses depuis". Il note ainsi que Canal+ a réussi à se restructurer et retrouver "une pente ascendante de croissance".

À lire aussi

Le producteur se veut rassurant. "Historiquement le principal facteur d'abonnement (de Canal+, NDLR) c'est le cinéma (...) je suis extrêmement serein et zen car les dirigeants de canal ont pris une décision extrêmement responsable" tempère-t-il. Il conclut "le cinéma français n'est pas en péril mais il est inquiet quand même".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/