2 min de lecture Conseil d'État

"Saw 3D" privé de son visa d'exploitation par le Conseil d'État

Le film d'horreur "Saw 3D", sorti en novembre 2010 et interdit aux moins de 16 ans, a perdu son visa d'exploitation lundi 1er juin. La décision a été prise par le Conseil d'État. Elle contredit le premier avis de la Commission de classification des œuvres cinématographiques.

"Saw 3D" est sorti en novembre 2010
"Saw 3D" est sorti en novembre 2010 Crédit : Lions Gate Entertainment
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

L'affaire traîne depuis 2011. L'association Promouvoir a enfin obtenu ce qu'elle désirait : annuler le visa d'exploitation du film d'horreur Saw 3D - Chapitre Final, en raison de ses scènes "de très grande violence". Le septième film de la saga d'horreur, réalisé par Kevin Greutert, est sorti en France le 10 novembre 2010. 

Examiné une première fois par la Commission de classification des œuvres cinématographique et le ministre de la culture, Saw 3D bénéficiait déjà, depuis 2010, d'un visa d'exploitation comportant une interdiction de représentation aux mineurs de seize ans, avec l'obligation d'avertir les spectateurs sur la présence, dans le film, d'un "grand nombre de scènes de torture particulièrement réalistes et d’une grande brutalité, voire de sauvagerie". 

L'association Promouvoir, qui "se donne pour objet la promotion des valeurs judéo-chrétiennes, dans tous les domaines de la vie sociale", explique-t-elle sur son site internet, a contesté la décision de la Commission de classification et du ministère de la Culture et a demandé l’annulation du visa d’exploitation afin d'interdire l'accès au film à l'ensemble des mineurs.

"Des scènes de très grande violence"

Le Tribunal administratif et la Cour d'appel de Paris ont rejeté la demande. L'association s'est donc pourvue en cassation devant le Conseil d'État. Il a relevé "une erreur commise par la cour dans l'application des articles pertinents du code du cinéma et de l'image animée". Selon ces articles, "un film comportant des scènes de très grande violence doit être interdit aux mineurs"

À lire aussi
Culture
L'acteur Ned Beatty ("Delivrance", "Toy Story 3") est décédé à 83 ans

C'est donc grâce à cette erreur que le Conseil d'État a ensuite pu juger lui-même de la violence du film et de ses scènes qui, selon lui, sont "filmées avec réalisme" et montrent "notamment des actes répétés de torture et de barbarie, susceptibles de heurter la sensibilité des mineurs". Les textes de loi prévoient dans de pareils cas, "l’interdiction de la diffusion publique du film à l’ensemble des mineurs".

"Saw 3D" sera à nouveau examiné

Demi-victoire pour Promouvoir. Le Conseil d'Etat a bien annulé le visa d'exploitation de Saw 3D, accordé en 2010 par les pouvoirs publics. Le film se trouve donc pour l'instant dans l'impossibilité d'être projeté dans une salle de cinéma. Mais la décision du Conseil d'État n'est qu'une étape : Saw 3D sera à nouveau examiné par le ministère de la Culture et pourra bénéficier d'un second visa d'exploitation, plus restrictif que le premier.

Si Promouvoir a utilisé son droit de contester devant la juridiction administrative une décision prise par les pouvoirs publics, le film n'est plus projeté dans les salles françaises depuis quatre ans, et a enregistré 563.000 entrées. Plus de pub que de mal ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Conseil d'État Cinéma
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants