3 min de lecture Laissez-vous tenter

"Rogue One" redonne vie à l'univers de "Star Wars" chéri par les fans

NOUS L'AVONS VU - Critique du premier spin-off de la saga "Star Wars" et interview du réalisateur Gareth Edwards qui évoque sa passion pour l'univers de George Lucas.

Laissez-vous Tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
"Je vénère Star Wars", confie Gareth Edwards, le réalisateur de Star Wars Rogue One Crédit Image : Jonathan Olley | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq Journaliste RTL

C'est un véritable événement qui se déroule dans les salles obscures. Aujourd'hui, mercredi 14 décembre, Star Wars : Rogue One débarque au cinéma. Un long-métrage qui plongera les spectateurs dans l'univers si riche de La Guerre des étoiles, même s'il ne s'agit pas d'un nouvel épisode de la saga mais du début d'une trilogie parallèle. Rogue One raconte comment les rebelles vont réussir à voler les plans de l'Étoile noire, une redoutable machine de guerre capable de détruire des planètes entières.

C'est un élément que l'on connaît déjà, puisque la destruction de l'Étoile noire survient à la fin de La Guerre des étoiles, l'épisode 4. De fait, Rogue One se situe entre l'épisode 3 et l'épisode 4. Ce nouveau film présente de tous nouveaux personnages aux fans. Notamment Jyn Erso (Felicity Jones), jeune femme enrôlée de force par les rebelles pour retrouver son père, l'un des inventeurs de l'Étoile noire. Elle va faire équipe avec un groupe de fortes têtes pour tenter cette mission-suicide qui l’amènera notamment à croiser la route d'un revenant : Dark Vador... 

"Le meilleur personnage de l'histoire du cinéma"

Les nouveaux protagonistes paraissent parfois un peu fades à côté de la figure culte du seigneur du côté obscur de la Force, qui écrase franchement la concurrence. Gareth Edwards, le réalisateur, explique pourquoi : "C'est simplement le meilleur personnage de l'histoire du cinéma. Il avait toute sa place dans ce film, qui est directement relié aux autres et notamment aux événements du début de Star Wars, quand Dark Vador pénètre dans le vaisseau de la princesse Leia." 

Dark Vador n'est pas le méchant principal

Gareth Edwards
Partager la citation

Cependant, cet antagoniste devait être manié avec précaution : "Il était inévitable qu'il apparaisse dans le film mais il n'en est pas le méchant principal, parce qu'on ne peut pas lui faire faire n'importe quoi. Nous avons donc un personnage appelé Krennic, joué par Ben Mendelsohn, [...] Il n'apparaît dans aucun des autres films, donc tout peut lui arriver." 

"Rogue One", une promesse tenue ?

À lire aussi
Héloïse Letissier aka Chris de Christine and the Queens sur scène pendant la 35ème édition des Francofolies à La Rochelle (11 juillet 2019). festivals
Francofolies de La Rochelle 2019 : Chris(tine and The Queens) et François Hollande à l'honneur

Ce nouveau long-métrage ne devrait pas décevoir les fans. À part quelques petites réserves sur certains nouveaux venus, notamment Felicity Jones qui manque de charisme ou Forest Whitaker qui en fait des tonnes, Rogue One réserve des scènes dantesques de combats spatiaux, des décors fantastiques et des scènes de combat au sol dignes des meilleurs films de guerre. 

On croirait parfois ces images sorties de nos journaux télévisés, et pour cause : "Il devait y avoir des batailles dans notre film mais il fallait que ce soit réaliste", insiste Gareth Edwards. Très en amont, nous avons reproduit des photos des conflits au Moyen-Orient, au Vietnam et de la Seconde Guerre mondiale, nous en avons numériquement enlevé les protagonistes pour les remplacer par nos soldats impériaux et des rebelles. Cela y a ajouté un réalisme emballant, qui montrait à quoi le film devait ressembler. C'est resté une sorte de guide durant toute la fabrication."

Je suis moi-même un immense fan de 'Star Wars'. Je pourrais vous réciter chaque dialogue

Gareth Edwards
Partager la citation

À 41 ans, Gareth Edwards doit redonner vie à un univers chéri par des milliers de fans. Une tache non exempte d'une certaine pression, qu'il gère grâce à son amour illimité pour l'univers imaginé par George Lucas : "Je suis moi-même un immense fan. Je regardais les films Star Wars tous les jours quand j'étais gamin. Je pourrais vous réciter chaque dialogue", affirme-t-il. "À 30 ans, je suis même allé dans la maison de Luke Skywalker en Tunisie, là où les films ont été tournés. J'y ai passé la nuit, j'ai regardé le soleil se lever, comme il le fait dans le film. Je vénère Star Wars."

De fait, l'angoisse semble largement compensée par le plaisir : "Je pense qu'être réalisateur, ce n'est pas seulement faire des films pour les autres mais faire qu'ils vous plaisent à vous aussi. Sinon, le résultat est mauvais. [...] Il faut vous couper de tout cela et vous concentrer sur ce qui est bon." 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laissez-vous tenter Star Wars Star Wars : Rogue One
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786271031
"Rogue One" redonne vie à l'univers de "Star Wars" chéri par les fans
"Rogue One" redonne vie à l'univers de "Star Wars" chéri par les fans
NOUS L'AVONS VU - Critique du premier spin-off de la saga "Star Wars" et interview du réalisateur Gareth Edwards qui évoque sa passion pour l'univers de George Lucas.
https://www.rtl.fr/culture/cine-series/rogue-one-a-star-wars-story-redonne-vie-a-un-univers-cheri-par-les-fans-7786271031
2016-12-14 10:23:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/YJe8ixKclodVzCEIwsAa3Q/330v220-2/online/image/2016/1214/7786274686_felicity-jones-et-diego-luna-dans-rogue-one.jpg