1 min de lecture Cinéma

"Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? " : UGC Images pas opposé à une suite

Brigitte Maccioni, directrice générale d'UGC Images chargée de la production déléguée du film "Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?", s'est confiée au "Figaro" vendredi 20 mars.

La comédie avec Christian Clavier a franchi les 10 millions d'entrées en France
La comédie avec Christian Clavier a franchi les 10 millions d'entrées en France Crédit : Neue Visionen
James Abbott
James Abbott

Un carton historique. Plus de douze millions de Français ont vu Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? dans les salles obscures depuis sa sortie le 16 avril 2014. Ce vendredi soir Canal + diffuse pour la première fois à la télévision ce film événement. À cette occasion Brigitte Maccioni, la directrice générale d'UGC Images, société productrice déléguée du film, est revenue pour Le Figaro sur le succès du film de Philippe de Chauveron. 

Elle évoque également la possibilité d'une suite, et n'y est pas du tout opposée. "Elle sera lancée seulement si on trouve 'la' bonne idée, et si la qualité est au rendez-vous", dévoile-t-elle. Elle ajoute également que des adaptations étrangères ont été proposées et refusées pour le moment. "Les droits vendus, nous n'aurions pas de contrôle artistique, justifie-t-elle. Nous préférons privilégier le développement d'une suite."

Elle tente par ailleurs de trouver les raisons du succès de ce film qui était considéré comme un "outsider" au départ, pour finalement devenir le succès de l'année. "J'ai compris qu'on était face à un phénomène exceptionnel quand en projection-test, les 250 spectateurs ont ri de la première minute à la dernière."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Christian Clavier Culture
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants