1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Pretty Woman" : le personnage de Julia Roberts devait mourir
2 min de lecture

"Pretty Woman" : le personnage de Julia Roberts devait mourir

L'ancien président des studios Walt Disney, les studios de production du film sorti en 1990, a révélé la fin prévue initialement par le scénario.

Julia Roberts et Richard Gere dans "Pretty Woman" (1990).
Julia Roberts et Richard Gere dans "Pretty Woman" (1990).
Crédit : RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA
Philippe Peyre

Et si Pretty Woman n'avait pas été la comédie romantique que l'on connaît mais bien une comédie dramatique ? La question est soulevée après les révélations de Jeffrey Katzenberg, l'ancien président des studios de Walt Disney, producteurs du film sorti en 1990 qui a marqué des générations.

C'est dans le cadre d'une conférence à New York que ce producteur a révélé combien il avait été difficile pour la société de production cinématographique d'accepter le final du scénario. "Je ne peux pas vous dire combien de temps on a passé à débattre, s'est-il remémoré. Beaucoup de gens avaient du mal à s'imaginer une histoire de princesse produite par la Walt Disney Company. C'était une autre époque." Mais qu'est-ce que ce final initial du scénario prévoyait-il ? "Dans le script, Pretty Woman était un film rated R (interdit au moins de 17 ans non accompagné) sur une prostituée de Hollywood Boulevard. 

Il a compris ce que les gens voulaient voir, un conte de fées

J.F. Lawton, le scénariste, à propos du réalisateur, Garry Marshall

Dans la fin de la version originelle du scénario, plutôt sombre, l'héroïne mourait, il me semble, d'une overdose", a confié Jeffrey Katzenberg, comme le rapporte la Page Six du New York Post. Un final bien éloigné de la version que l'on connaît de ce film dans lequel Julia Roberts et Richard Gere vivent une romance telle un conte de fées à l'américaine.

Si Vivian, l'héroÏne incarnée par Julia Roberts, a échappé à son décès, c'est grâce au flair du réalisateur, Garry Marshall. "Il a été suffisamment malin pour sentir ce que le public voulait", a avancé le scénariste du film, Jonathan Frederick Lawton, dans les colonnes de Vanity Fair. "Par son instinct hors pair, il a compris ce que les gens voulaient voir, un conte de fées", a-t-il poursuivi. C'est donc en comédie romantique et non dramatique qu'a été réécrit le final de Pretty Woman, film qui a rencontré un franc succès, générant plus de 464 millions de dollars de recettes. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/