5 min de lecture Jeux vidéo

"Pokémon Go" : comprendre le jeu phénomène si l'on n'est pas un fan de la première heure

Créé il y a 20 ans, les Pokémon resurgissent sur nos smartphones. Intrigué mais vous n'y connaissez rien ? N'ayez crainte.

Pokémon Go : Julien Tellouck, chroniqueur jeu vidéo présente le phénomène
Pokémon Go : Julien Tellouck, chroniqueur jeu vidéo présente le phénomène Crédit : AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
et Benjamin Hue

Difficile de passer à côté. Lancé le 7 juillet aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, Pokémon Go est devenu un véritable phénomène de société. En moins d'une semaine, le jeu est devenu l'une des applications les plus téléchargées du magasin d'Android et ses utilisateurs y passent plus de temps que sur WhatsApp, Instagram, Messenger ou Snapchat et quasiment autant que sur Twitter. La frénésie qui s'est emparée des joueurs a accouché de tout un lot d'anecdotes insolites, tantôt amusantes, parfois inquiétantes, abondamment relayées par la presse.

Bien avant qu'il soit disponible dans l'Hexagone, depuis dimanche 24 juillet, l'engouement autour du jeu a aussi gagné la France, où il était déjà possible d'y jouer en créant un compte iTunes localisé dans l'un des pays où l'application est déjà déployée, ou en téléchargeant un fichier APK particulier pour les téléphones Android. Signe de cette ferveur, une chasse aux Pokémon géante organisée sur Facebook par des passionnés de la saga a dû être annulée en urgence à Paris. Prévu au jardin du Luxembourg jeudi 14 juillet, le rassemblement comptabilisait plus de 3.000 inscrits et 10.000 personnes se disaient intéressées. Le Sénat, affectataire du parc germano-pratin, et la préfecture de police ont finalement ramené les organisateurs à la raison.

Nul besoin d'être un fan de la première heure pour saisir l'intérêt du jeuPokémon Go reprend les grandes lignes du jeu de rôle culte des années 2000 écoulé à plus de 200 millions d'exemplaires. À l'époque, le joueur incarnait un dresseur de Pokémon, des monstres de poche. Déterminé à devenir le meilleur d'entre tous, il arpentait un vaste monde imaginaire à la recherche des petites créatures qu'il capturait à l'aide de "Pokéballs" (des capsules circulaires rouges et blanches), pour compléter son "Pokédex" (pensez à un bestiaire ou un album Panini de ces petites bêtes), et les faire évoluer, passer d'un niveau à un autre, afin de gagner des combats contre d'autres dresseurs, voire des "badges" contre les dresseurs de terribles "Arènes". Un objectif en forme d'hymne : "Attrapez-les tous".

La fiction débarque dans votre quotidien

Pokémon Go conserve ces lignes directrices et les mâtine de réalité augmentée pour les transposer dans le monde réel. Grâce à la caméra, aux fonctions de géolocalisation du smartphone et à la superposition des Pokémon dans l'environnement du joueur, le dresseur en herbe n'évolue plus dans un univers fictif mais dans un milieu hybride familier où la fiction se mêle au réel. Son avatar dans le jeu ne se déplace que s'il prend lui-même la peine de sortir de chez lui. Le personnage évolue sur une carte calquée sur Google Maps au détour de "Poké Stops" (des points d'intérêts culturels ou certains bâtiments) abritant des objets utiles, comme les Pokéballs, qu'il suffit de secouer pour en récolter les fruits, et de ses rencontres avec des Pokémon sauvages.

À lire aussi
Pac Man 40 ans histoire
Pac Man fête ses 40 ans

Les Pokémon ne sont pas disposés totalement aléatoirement sur la carte. Ils apparaissent à différents endroits en fonction de l'heure de la journée, de la densité de joueurs dans le périmètre et de leur prestige dans l'univers Pokémon. À l'inverse du jeu vidéo, le joueur doit donc quitter son canapé (à moins de ruser) et se déambuler dans les rues de sa ville pour dénicher les spécimens qui manquent à sa collection ou faire éclore des œufs. Ces derniers ont tout autant de chances de se trouver au fond de sa salle de bain qu'à l'autre bout de la ville. En poussant les joueurs à sortir explorer leur ville, Pokémon Go semble avoir un impact positif sur la santé mentale et physique des joueurs, en attestent les témoignages qui fleurissent sur la toile

Comment capturer un Pokémon

Une fois passé le pas de la porte, il est nécessaire de s'habituer à marcher les yeux rivés sur son téléphone pour suivre la progression de son avatar sur la carte. En bas à droite de l'écran, un indicateur permet de prendre connaissance des Pokémon se trouvant à proximité. Chacun d'entre eux est associé à des empreintes de pas. Une, pour signifier que le monstre est tout proche, deux, s'il l'est un peu moins, et trois, s'il faut parcourir quelques dizaines de mètres pour le trouver. Lorsqu'un Pokémon sauvage apparaît, l'appareil photo du téléphone s'enclenche et le fait apparaître dans le cadre, intégré au monde réel. Il est possible de désactiver cette option via l'interrupteur "RA" en haut à droit de l'écran pour remplacer la réalité augmentée par un décor fictif et économiser la batterie de son téléphone.

Lorsqu'on déniche un Pokémon, l'un des aspects les plus exaltants du jeu, tout l'enjeu consiste à le capturer à la faveur d'une Pokéball. Une fois dans le cadre du téléphone, le petit monstre apparaît dans un cercle coloré indiquant la difficulté de sa capture, du plus facile, en vert, au plus difficile, en rouge, et l'attention qu'il faut apporter à son lancer. Le doigt maintenu sur la Pokéball, il convient alors d'ajuster son tir, matérialisé par le rétrécissement du cercle coloré du Pokémon, en fonction de sa distance et de ses mouvements. Les plus aguerris donneront un effet à la Pokéball en dessinant un rond avec leur doigt au moment du lancer, une technique rapportant un bonus d'expérience, glisse L'Obs.

Une appli très accessible

Si le jeu sur console est un jeu de rôle parfois complexe où, en plus de s'occuper de ses créatures, il faut maîtriser des combats stratégiques, Pokémon Go est bien plus facile à pratiquer. La création de personnage prendra quelques secondes et le gros du jeu va consister à marcher et être quelque peu habile de ses doigts. Plus vous marcherez dans des environnements différents (hautes herbes dans les parcs publics, dans la rue, près des cours d'eau pour les Pokémon aquatiques ou la nuit pour les Pokémon Spectre) plus vous rencontrerez de Pokémon à capturer. Dans le jeu vidéo, la capture d'un Pokémon nécessite un combat où vous devrez affaiblir votre proie (sans la tuer) avec des attaques suivant un système élémentaire comparable à un "pierre-feuille-ciseau" très élaboré.

Un Pokémon Eau sera fort face à un Pokémon Feu, lequel sera favorisé face à une créature de type Herbe, etc. Mais il existe des centaines de ces combinaisons à maîtriser. Dans Pokémon Go, un bon mouvement de doigt et un bon timing et votre collection de Pokémon grandira. Les combats sont aussi beaucoup moins stratégiques dans les arènes. Les attaques sont limitées en nombre et il suffit de tapoter sur son écran et d'avoir un Pokémon naturellement plus fort en niveau et en type pour triompher. Pokémon Go est un jeu de billes quand Pokémon, le jeu vidéo sur GameBoy, est un immense jeu d'échec sophistiqué.

Pokémon est aussi un univers avec des codes bien particulier, une histoire, une culture. Beaucoup pourrait croire que le jeu n'est accessible qu'aux enfants des années 90-2000. Il n'en est rien. Les six premières générations du jeux ont créé plus de 700 Pokémon. Pokémon Go ne vous confrontera qu'aux 151 créatures originales des premiers jeux. Une façon de conquérir tous les publics et de les initier à cet univers sans les dépasser. Cette méthode douce devrait aussi permettre à Pokémon Go de faire évoluer l'application et de satisfaire les internautes s'ils venaient à se lasser dans quelques mois...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jeux vidéo Pokémon Go
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants