2 min de lecture Cinéma

"Le Labyrinthe" se démarque avec succès de "Hunger Games"

NOUS L'AVONS VU - "Le Labyrinthe", en salles le 15 octobre, est le nouveau film de science-fiction qui passionne les adolescents. Original, il se dissocie dans le bon sens des blockbusters du même genre.

Dylan O'Brien est le héros de "Labyrinthe" en salles le 15 octobre
Dylan O'Brien est le héros de "Labyrinthe" en salles le 15 octobre
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron
Journaliste RTL

     Le Labyrinthe n'est pas le nouveau Hunger Games. Tout simplement parce que Jennifer Lawrence est unique et que l'intrigue de ce blockbuster pour adolescents est sensiblement différente. Le Labyrinthe, en salles le 15 octobre, est le nouveau film de science-fiction qui passionne les jeunes adultes. Basé sur la trilogie de James Dashner, le scénario se distingue dans le bon sens des blockbusters du même genre par son dynamisme et son mystère. 

Un univers très masculin

Dans ce premier volet, le héros n'est pas une fille. Le personnage principal, Thomas (Dylan O'Brien), se réveille amnésique au sein d'une étrange prison. Il s'agit d'une forêt dotée d'un dangereux labyrinthe et entourée de quatre murs infranchissables. Le lieu est peuplé par une cinquantaine de garçons qui ont réappris à vivre en communauté et sont aidés par de mystérieux créateurs. Aucun fille parmi eux, du moins au début.

Dylan O'Brien, héros du "Labyrinthe"
Dylan O'Brien, héros du "Labyrinthe" Crédit : 20th Century Fox

Thomas se positionne très vite comme le leader de cette tribu. Vif et téméraire, il pousse les autres a chercher la porte de sortie du labyrinthe pour s'échapper.

Ce casting très masculin est rafraîchissant comparée à Hunger Games et Divergente où les héroïnes sont des filles à la personnalité similaire. Lorsque Thomas est propulsé dans l'arène, le spectateur ne s'attend pas à trouver un monde de garçons. La surprise pique à vif sa curiosité qui grandit au fil de l'intrigue. Pourquoi enfermer des hommes ? Comment ont-ils été choisis ? 

La violence assumée

À lire aussi
Nicolas Bedos réalise "OSS 117 : Alerte Rouge en Afrique Noire" Cinéma
"OSS 117" : "La pression est forte, mais elle est excitante", confie Nicolas Bedos

Hunger Games a énormément été critiquée pour sa violence. Les différents réalisateurs des films ont même dû revoir certaines scènes jugées trop choquantes pour un jeune public. Dans Divergente, les scènes de violence sont quasiment inexistantes.

Labyrinthe marque à nouveau sa différence. L'animosité et les actes de cruauté entre les membres de la communauté sont clairement montrés. Le film présente une grande scène de massacre où l'on voit les enfants se faire tuer et un échange de coups de feu cruel

L'ennemi pas clairement identifiée

           La plus grande force du film est de préserver une part importante de mystère. Dans Divergente et Hunger Games, les héros luttent contre un gouvernement, un système. Dans Le Labyrinthe, l'ennemi n'est jamais clairement identifié. Les enfants combattent dans un premier temps les dangereuses créatures du dédale. Mais qui les commande ? Qui sont ces mystérieux créateurs qui leur envoie une nouvelle recrue chaque mois

Aucune réponse n'est donnée. Si à la fin du film, le créateur du labyrinthe est physiquement identifié, le spectateur ignore qui il est et ce qu'il veut. Le suspens est total à la fin de ce premier épisode. 

La romance n'est pas au cœur du film

L'histoire d'amour entre Tris et Quatre dans Divergente dessert quelque peu l'intrigue. Dans Hunger Games, le triangle amoureux entre Katniss, Peeta et Gale fatigue. Dans Labyrinthe, la romance n'est pas exclue mais elle n'est pas au cœur de l'intrigue.

Kaya Scoledari est la seule femme du "Labyrinthe"
Kaya Scoledari est la seule femme du "Labyrinthe" Crédit : 20th Century Fox

Il n'y a pas de romance parce que leur situation ne leur permet pas

Dylan O'Brien
Partager la citation

"Ce que j'aime dans le film c'est qu'il n'y a pas vraiment d'histoire d'amour, confiait récemment l'interprète de Thomas, Dylan O'Brien. Ce n'est pas une romance parce que leur situation ne leur permet pas. Les vrais gens ne s'arrêteraient pas pour s'embrasser dans ce genre de situation possiblement mortelles." En renouvelant le genre, Le Labyrinthe a réussi à rompre la monotonie des films dystopiques pour adolescents. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Hunger games
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants