1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Kaamelott" au cinéma : Alexandre Astier tient enfin son Graal
3 min de lecture

"Kaamelott" au cinéma : Alexandre Astier tient enfin son Graal

Le projet d'adapter la série "Kaamelott" au cinéma est en cours depuis 2009. Mais un problème entre ayants droit a freiné le processus d'adaptation jusqu'à ce jour, à la grand exaspération d'Alexandre Astier.

Alexandre Astier
Alexandre Astier
Crédit : Calt productions
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron

Après l'arrêt de la série en 2009, Kaamelott s'est décliné en livres, bandes dessinées et DVD. Mais le rêve de son créateur était de la prolonger au cinéma. Depuis la fin du Livre VI, la dernière saison diffusée sur M6, Alexandre Astier n'a cessé de batailler pour que son personnage, un roi Arthur aussi drôle qu'incompétent, et ses inefficaces chevaliers de la Table ronde reviennent sur grand écran. Ses tentatives sont pour l'instant restées vaines. L'auteur a redonné espoir à ses fans en déclarant lundi qu'il avait recommencé à travailler sur le projet. "Je me retrouve aujourd’hui avec Kaamelott dans la situation que j’avais désirée (…) J’ai surtout recommencé à travailler, recommencé à écrire, a-t-il déclaré à France Inter. Plutôt dans le cinéma".

Ce n'est pas le manque d'engouement des fans (quelque 5 millions de téléspectateurs ont suivi les 6 saisons) qui a empêché ce retour mais à un problème juridique. "La saison 6 sera la dernière. J’ai toujours dit que Kaamelott se composerait de 7 saisons à la télévision et de 3 longs métrages mais d’un commun accord avec M6, j’ai décidé de m’arrêter avant pour passer plus rapidement au cinéma", avait-il déclaré à la fin du show. Alexandre Astier est rattrapé par un conflit entre les ayants droit qu'il a traîné pendant 6 ans. Kaamelott est produit par la société CALT. Alexandre Astier est en conflit avec les actionnaires Jean-Yves Robin, co-créateur de la série, et Bruno Solo.

C'est la gerbe mais c'est comme ça. Je me bats et me battrai bec et ongles pour avoir le droit de faire Kaamelott.

Alexandre Astier

En 2012, une lueur d'espoir anime les fans. L'auteur poste une photo sur Twitter de la première page de script de Kaamelott au cinéma. Mais l'humoriste calme la ferveur du public dans une interview à L'Express, où il apparaît exaspéré par "les affaires" à régler. "Pour l'instant le film avance. Il est dans des trucs pas très intéressants de contrats. Il va voir le jour mais pour l'instant on règle les affaires car la trilogie de Kaamelott, le jour où je mets le pied dedans, concrètement, je pense que c'est 10 ou 12 ans de ma vie qui partent."

C'est ensuite de nouveau silence radio pendant un an. Alexandre Astier craque et pousse un coup de gueule sur Twitter (bien vite supprimé) contre ceux qui lui mettent des bâtons dans les roues. "Pour faire simple, les contrats actuels m'obligent à travailler dans un contexte ridicule ; la situation a tellement changé depuis 2004 qu'il me semble impensable de me lancer dans dix ans de production (une trilogie cinéma et un spin-off Résistance) dans de telles conditions, tenu de simuler une collaboration avec certains dont l'incompétence éditoriale en ce qui concerne Kaamelott frôle le cynisme absolu et dont l'ahurissante cupidité est l'ultime solution de sortie. C'est la gerbe, croyez-moi", s'était-il exprimé. "C'est la gerbe mais c'est comme ça. Je me bats et me battrai bec et ongles pour avoir le droit de faire Kaamelott dans des conditions qui me conviennent (c'est quand même bibi qui bosse le plus sur cette affaire, il faut pas déconner), honnêtes, équitables et où les moyens ne sont utilisés qu'à faire un beau film, pas à raquer des péages".

La situation débloquée début 2015

À écouter aussi

Ce tweet cinglant n'a pas pour autant permis à la situation d'évoluer. En 2014, en pleine promotion du très réussi Astérix et le domaine des dieux, Alexandre Astier évoque à nouveau ce projet de trilogie qui stagne. Il révèle être toujours "en pleine négociation". Bruno Solo, lui, confirme un mois plus tard que le problème d'ayants droit de Kaamelott n'est toujours pas réglé. "Ce sont les problèmes entre Jean-Yves Robin qui dirige CALT et Alexandre Astier. Moi, je ne m’en mêle pas", avait déclaré l'humoriste et actionnaire de CALT, un peu tendu.

Début 2015, les deux parties semblent avoir trouvé un terrain d'entente. Pierre Robert, directeur général de Robin & Co, la société mère de CALT, a indiqué qu'Alexandre Astier tiendrait son public informé. Ce qu'il a eu tôt fait de faire. Le roi Arthur et sa cour d'incapables reprendront bientôt leur quête du Graal. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/