1 min de lecture Cinéma

François Damiens : "J'aime jouer avec des gens qui ne sont pas au courant qu'ils jouent"

RENCONTRE - Le comédien belge réalise son premier film de cinéaste. Il présente "Mon Ket" et livre ses confidences sur son personnage et sur le tournage du long-métrage.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
François Damiens : "J'aime bien jouer avec des gens qui ne sont pas au courant qu'ils jouent" Crédit Image : SYSPEO/SIPA | Crédit Média : Stéphane Boudsocq | Durée : | Date :
La page de l'émission
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq et Le Service Culture

François Damiens doit sa renommée à son humour et ses caméras cachées. On le connaît comme acteur dans La Famille Bélier, La Délicatesse ou encore Rien à déclarer. Mais le comédien devient réalisateur puisqu'il signe son premier film : Mon Ket, ce qui signifie "mon fils" en patois belge.

Ce premier long-métrage est un retour au source, puisqu'il est construit sur le principe de la caméra cachée. Le comédien y joue le rôle de Dany Versavel, un détenu en cavale qui n'a qu'une obsession : se rapprocher de son fils Sullivan pour lui apprendre ce qu'il croit être les bases de la vie. Autant dire que le gamin et le spectateur ne seront pas déçus. "J'aime bien jouer avec des gens qui ne sont pas au courant qu'ils jouent", assume le réalisateur.

François Damiens incarne un personnage imbu de lui-même, patibulaire mais presque, sanguin, brutal et grossier. Et ce ne sont là que quelques-unes de ses qualités. "Il a toujours existé dans ma tête. C'est ce qu'on appelle en Belgique un baraki, (...) il n'a aucune pudeur, aucune retenue, aucune gêne : il ne connaît pas les complexes", explique-t-il. "C'est le côté cow-boy que j'aimais dans ce personnage".

Les autres personnages qui jouent son fils, le parrain de son fils et sa compagne étaient de mèche mais tout le reste du casting (les anonymes piégés) n'était évidemment au courant de rien.

Également dans "Laissez-vous tenter"

À lire aussi
Cinéma
"Ce que j'aime dans 'Mon cousin', c'est qu'on n'a rien inventé", dit Vincent Lindon

Direction Bourg-en-Bresse, dans l'Ain, où le monastère royal de Brou abrite une exposition consacrée aux peintres primitifs flamands

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma François Damiens
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants