1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Chine : la fin du film "Fight Club" modifiée, un nouvel exemple de censure ?
1 min de lecture

Chine : la fin du film "Fight Club" modifiée, un nouvel exemple de censure ?

VU DANS LA PRESSE - Le dénouement du film "Fight Club" de David Fincher a été remanié en Chine pour sa sortie sur la plateforme de streaming Tencent Video. Une décision qui questionne sur la censure du gouvernement chinois.

Image du film "Gight Club" sorti en 1999.
Image du film "Gight Club" sorti en 1999.
Crédit : Fox 2000 Pictures / Archives du 7eme Art / Photo12 via AFP
Sandra Cazenave

Et si le film culte Fight Club de David Fincher avait une autre fin plus consensuelle ? Cela paraît impensable mais c'est le cas en Chine. Dans la dernière version diffusée sur la plateforme de streaming Tencent Video, le film connaît un dénouement différent de celui datant de sa sortie en 1999. 

En effet, le message anticapitaliste a été modifié au profit d'une victoire des forces de l'ordre et de la justice, rapporte Slate.fr, mardi 25 janvier, reprenant une information du média américain Vice.

Dans la version originale, le personnage principal, incarné par Edward Norton, tue sa double personnalité Tyler Durden, interprété par Brad Pitt. Mais il ne parvient pas à stopper son plan de sabotage et plusieurs immeubles d’affaires explosent. 

La Chine a remanié cette fin pour que les immeubles n'explosent jamais. Fight Club se termine alors sur un écran noir où apparaît le texte : "Grâce à l'indice fourni par Tyler, la police a rapidement compris tout le plan et a arrêté tous les criminels, réussissant à empêcher l'explosion de la bombe. Après le procès, Tyler a été envoyé dans un asile pour y recevoir un traitement psychologique. Il est sorti de l'hôpital en 2012."

Autocensure ou censure ?

Un changement qui interpelle 22 ans après sa sortie et ulcère les internautes chinois. Selon Slate.fr, la question reste de savoir si le film de David Fincher a été modifié par autocensure ou sur ordre du gouvernement chinois, coutumier de la censure des programmes télévisés et notamment du cinéma étranger - c'est notamment le cas du Da Vinci Code et de Deadpool.

À lire aussi

Selon Vice, une source proche du dossier a assuré que Fight Club avait été monté par le titulaire des droits d'auteur et approuvé par le gouvernement avant d'être vendu à des sites de streaming.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/