1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Berlinale 2015 : Ours d'or pour le "Taxi" du dissident iranien Jafar Panahi
2 min de lecture

Berlinale 2015 : Ours d'or pour le "Taxi" du dissident iranien Jafar Panahi

Le réalisateur iranien dissident Jafar Panah, interdit de travailler dans son pays et de voyager à l'étranger, a remporté l'Ours d'or de la 65e Berlinale pour son film "Taxi".

La nièce de Jafar Panahi, Hana Saeid, brandit l'Ours d'or du meilleur film obtenu pour le film "Taxi" sous le regard du président du jury de la 65e Berlinale, le réalisateur Darren Aronofsky, le 14 février 2015..
La nièce de Jafar Panahi, Hana Saeid, brandit l'Ours d'or du meilleur film obtenu pour le film "Taxi" sous le regard du président du jury de la 65e Berlinale, le réalisateur Darren Aronofsky, le 14 février 2015..
Crédit : TOBIAS SCHWARZ / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

La 65e édition du festival du film de Berlin, réputé sensible aux sujets politiques, a couronné samedi le cinéaste iranien dissident Jafar Panahi, interdit de travailler dans son pays et de voyager à l'étranger, en décernant l'Ours d'or à son film "Taxi". En l'absence du cinéaste, la récompense suprême de la Berlinale a été reçue par sa nièce, Hana Saeidi, qui joue dans le film. "Je suis incapable de dire quoi que ce soit. Je suis trop émue", a lancé la petite fille en larmes, qui a brandi le trophée.

"Une lettre d'amour au cinéma"

"Les contraintes obligent souvent les conteurs à faire du meilleur travail mais ces limites peuvent parfois être si oppressantes qu'elles détruisent un projet ou abîment l'âme de l'artiste", a déclaré le président du jury, le réalisateur américain Darren Aronofsky. "Plutôt que de laisser détruire son esprit et d'abandonner, plutôt que de se laisser envahir par la colère et la frustration, Jafar Panahi a écrit une lettre d'amour au cinéma", a-t-il ajouté, estimant que son film était "rempli de l'amour qu'il porte à son art, à sa communauté, à son pays et à son public".

Très applaudi à la Berlinale, "Taxi" est une chronique à la fois drôle et saisissante de la société iranienne, à travers les déambulations d'un chauffeur de taxi dans les rues de Téhéran, interprété par le réalisateur lui-même. Ses passagers, Iraniens hauts en couleur, en disent beaucoup sur leur pays, dont Jafar Panahi s'efforce de saisir l'âme.

Condamné à 20 ans d'interdiction de réaliser des films ou de voyager

Après "Ceci n'est pas un film" et "Pardé", c'est le troisième long métrage réalisé par Jafar Panahi en défiant les autorités depuis qu'il a été arrêté en 2010, alors qu'il préparait un film sur les manifestations contre la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en 2009.

À écouter aussi

Condamné à six ans de prison et 20 ans d'interdiction de réaliser des films ou de voyager, il a retrouvé une liberté précaire qui lui permet de tourner clandestinement, mais sans pouvoir quitter l'Iran. Observateur engagé de la société, ce cinéaste est un habitué de la Berlinale. Il avait reçu le Grand Prix du jury en 2006 pour "Hors jeu" et le prix du scénario en 2013 pour "Pardé".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/