1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Benicio del Toro à double tranchant dans "Escobar : Paradise Lost"
3 min de lecture

Benicio del Toro à double tranchant dans "Escobar : Paradise Lost"

NOUS L'AVONS VU - L’acteur incarne le plus célèbre des narco-trafiquants, Pablo Escobar, dans un thriller-biopic en salles le 5 novembre.

Benicio del Toro incarne Pablo Escobar dans "Paradise Lost"
Benicio del Toro incarne Pablo Escobar dans "Paradise Lost"
Crédit : Pathé
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron

Pablo Escobar est une source de fascination au cinéma. Des dizaines de films consacrés au baron de la drogue ont été tournés depuis la mort du mafieux en 1993. La légende du Colombien est hors norme. Il a fondé le premier cartel de drogue dans son pays. Au plus fort du trafic, il transportait entre 70 et 80 tonnes de cocaïne par mois aux États-Unis. Criminel sans merci, il tuait de sang froid ses ennemis comme les innocents ou les membres de sa garde rapprochée. 

Derrière cette figure se cachait aussi "l’autre Pablo", comme le rappelle le réalisateur Andrea Di Stefano. L’homme profondément attaché à sa famille. Le politique soucieux de combler la dette colombienne. Le cinéaste a souhaité montrer cette dualité dans son premier film Escobar : Paradise Lost (en salles le 5 novembre). Et qui de mieux pour incarner le double visage d’Escobar ? Benicio Del Toro

Benicio del Toro est l'un des rares acteurs suffisamment charismatique et avec assez de jeu pour incarner le personnage à multi-facettes qu'est Escobar

Dimitri Rassam

"Benicio del Toro est l'un des rares acteurs suffisamment charismatique et avec assez de jeu pour incarner le personnage à multi-facettes qu'est Escobar, qui peut être à la fois séduisant, dangereux et menaçant", avait déclaré le producteur du film Dimitri Rassam. 
Il fallait bien un acteur de cette trempe pour s’attaquer à un genre (le biopic) et à un sujet (Pablo Escobar) aussi glissants. Andrea dDi Stefano a trouvé la parade grâce à un scénario malin : un jeu de traque entre Nick (Josh Hutcherson, Hunger Games), le petit-ami canadien de la nièce de Pablo (Maria, joué par Claudia Traisac) et le monstrueux narco-traficant.

Josh Hutcherson et Claudia Traisac dans "Escobar : Paradise Lost"
Josh Hutcherson et Claudia Traisac dans "Escobar : Paradise Lost"
Crédit : Pathé

En intégrant le cercle familial, Nick se retrouve entre les griffes d’Escobar qui l’envoie en mission au péril de sa vie. Le résultat donne un film intense avec une chasse à l'homme finale haletante. On aurait tout de même aimé un portrait plus fouillé de Pablo Escobar. 

"Escobar : Paradise Lost" se termine par une chasse à l'homme haletante
"Escobar : Paradise Lost" se termine par une chasse à l'homme haletante
Crédit : Pathé

Je voulais que le public soit attiré par Escobar avant que les choses basculent et que la phase sombre du personnage se révèle

Andrea Di Stefano
À lire aussi

Paradise Lost se déroule après 1983, période où Escobar est au summum de sa gloire, jusqu'à son entrée en prison. Il est alors immensément riche (sa fortune était estimée à 3 milliards de dollars, selon Forbes, ndlr), et élu sénateur de Colombie. Le film est un jeu permanent entre le bien et le mal, entre les deux Pablo. "Je voulais que le spectateur n’échappe pas à ce positionnement moral, qu’il ait à juger et qu’il tombe dans le panneau d’Escobar comme son entourage, explique le réalisateur lors d’une conférence de presse à Paris. Je voulais que le public soit attiré par Escobar avant que les choses basculent et que la phase sombre du personnage se révèle. "

Basé sur une véritable anecdote

Le réalisateur a mêlé histoire vraie et personnages fictifs. "Escobar est entré dans mon imaginaire lorsque j’ai entendu une histoire à propos de lui, a indiqué Andrea Di Stefano. Un italien est entré dans le girond d’Escobar. Il a commencé à le fréquenter sa famille, ses fêtes et il lui a confié une mission dont il s’est acquitté. Escobar a ensuite voulu le tuer pour que lui seul détienne le secret de cette mission."

Benicio Del Toro domine complètement l'écran dans Paradise Lost. Ses partenaires, aussi bons soient-ils, ne parviennent pas à lui tenir tête. Pourtant, à part quelques recherches, l'acteur ne semble pas avoir fourni d'effort particulier pour ce rôle, comme il le confiait lors de son passage à Paris. "Une dimension de Pablo Escobar m'échappait complètement : c'était l'homme privé et le politique. Je me suis plongé dans des recherches. Une fois que j'ai compris l'aspect multi-dimensionnel du personnage, il a fallu que je me concentre sur la période qui nous intéressait dans le film. Et une fois que vous savez tout ça, vous ne savez plus rien. Vous jetez tout à la poubelle et vous faites votre film."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/