4 min de lecture Cinéma

Agression sexuelle : comment Woody Allen est passé de maestro à paria à Hollywood

"Libération" et "Le Parisien" racontent comment le cinéaste, accusé d'agression sexuelle par sa fille adoptive Dylan Farrow, est devenu en quelques jours persona non grata à Hollywood.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Agressions sexuelles : comment Woody Allen est passé de maestro à paria Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet Journaliste RTL

Il y a quelque chose de pourri au royaume d'Hollywood. Les rois deviennent des gueux et ceux qui les courtisaient leur crachent au visage. Comme Woody Allen, dont le dernier film sort aujourd'hui, ça s'appelle Wonder Wheel (la Grande Roue). Presque tous vos journaux en parlent, et pas seulement pour en faire la critique, mais parce que c'est peut-être vraiment son dernier film.

Le réalisateur est accusé d'abus sexuels. Depuis 25 ans, sa fille adoptive Dylan Farrow affirme qu'il l'a agressée lorsqu'elle était enfant, et elle l'a répété ces derniers jours. Depuis, c'est la curée.

Une anecdote en dit long, c'est Libé qui la raconte. Sur les DVD de Wonder Wheel qui ont été envoyés aux Oscars, il y a bien sûr le nom de tous les acteurs, les techniciens, même la maquilleuse. Mais pas celui du réalisateur... Gommé Woody Allen, comme on a gommé Kevin Spacey du dernier Ridley Scott.

Alors Le Parisien s'interroge : "doit-on boycotter le cinéma de Woody Allen ?" Éternel débat sur l'artiste et son oeuvre. Aux États-Unis, c'est la guerre des tranchées. Plusieurs acteurs, dont Nathalie Portman, ont déclaré qu'ils croyaient Dylan. D'autres comme Colin Firth ont fait savoir qu'ils regrettaient d'avoir tourné avec Woody Allen. Et les acteurs de son dernier tournage, Un jour de pluie à New York, ont annoncé qu'ils reverseraient leurs salaires aux victimes de harcèlement sexuel.

À lire aussi
Ryan Gosling dans "First Man" médias
"First Man" : "J'ai visité la Nasa (...) c'était surréaliste", dit Ryan Gosling sur RTL

Il y a peu de temps encore, ils étaient tous prêts à baisser leurs salaires pour travailler avec le maestro. Quelques voix s'élèvent malgré tout pour le soutenir, notamment son ancienne muse Diane Keaton ou Alec Baldwin. Il y a 25 ans, deux enquêtes ont été classées sans suite, faute de preuves. Rien de plus depuis. Mais la donne a changé.

Grève en Allemagne pour la semaine de 28h

Nouvelle donne aussi en Allemagne : ce mercredi 31 janvier, c'est jour de grève. Grève chez Siemens, Daimler ou Porsche, 250 entreprises en tout. Grève des métallos à l'appel du puissant syndicat IG Metall. Ce qu'ils réclament, c'est tout simplement la semaine de quatre jours, ou au moins la possibilité de réduire son temps de travail à 28 heures, pendant deux ans, et avec la garantie de revenir à 35 heures ensuite.

Travailler moins et gagner moins, sauf pour les travailleurs postés, et pour ceux qui ont un enfant à charge ou un proche dépendant. Le patronat est vent debout, mais les salariés ont la main.

L'Allemagne est en bonne santé économique, les carnets de commandes sont pleins, le taux de chômage a de quoi faire rêver de ce côté du Rhin : 5,7%. Et les entreprises manquent de main-d'oeuvre qualifiée, ça change tout. Il y a 25 ans, Volkswagen passait à la semaine de quatre jours pour partager le boulot qui manquait.

Aujourd'hui, il y a du boulot, mais on se dit qu'il n'y a pas que ça dans la vie. Les jeunes générations ne veulent plus perdre leur vie à la gagner. IG Metall l'a bien compris et surfe sur la vague. Les 35 heures arrachées dans les années 1980 ne suffisent plus, ou plutôt, c'est devenu trop, en tout cas à certains moments de la vie.

Le discours du syndicat est limpide : la flexibilité, ça marche dans les deux sens. On a fait des efforts pendant la crise de 2008, maintenant c'est à vous de jouer. Donnant donnant. Et le syndicat va jusqu'au bout de sa logique : au terme de cette grève, un accord rendrait aussi possible une augmentation du temps de travail. Et ça n'a pas l'air d'être un problème. De quoi bousculer les certitudes françaisesDossier complet à lire dans Libération.

Saint-Étienne-du-Rouvray, la faillite du renseignement français

Le scandale du jour : trois services de renseignement n'ont pas suffi à empêcher le meurtre du père Hamel. C'est le Canard Enchaîné qui met les pieds dans la mare. Avant l'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016, la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris avait repéré Adel Kermiche sur la messagerie cryptée Telegram.

Mais la Direction du renseignement militaire était aussi sur le coup. Elle a même produit trois notes les 22, 25 et 26 juillet, autrement dit le jour même de l'assassinat du prêtre.

Cette prose estampillée "secret défense" a été envoyée à une cellule discrète baptisée "Allat", du nom d'une déesse syrienne. "Malheureusement, explique le Canard, la première note est rédigée un vendredi, veille de week-end au coeur de l'été. Donc elle n'est pas lue immédiatement. La deuxième non plus, notez bien, et pourtant c'est un lundi. Et lorsqu'un responsable découvre enfin sur sa messagerie la troisième note, il est trop tard. Kermiche est sur le point de passer à l'acte."

Mais ce n'est pas tout ! Selon le Canard, un troisième signal d'alarme avait été lancé. Dès le 21 juillet, le service central du renseignement territorial a lui aussi pondu une note transmise à tous les services de police, et à la fameuse cellule "Allat".

Elle prévient qu'un individu appelle à commettre des attentats en France, notamment dans les lieux de culte. Mais personne n'active la procédure d'urgence. Les informations se perdent dans les méandres du renseignement français. En effet, il existe quatre cellules de coordination sur le terrorisme. Mais aucune pour les coordonner entre elles...

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Cinéma Woody allen Agression sexuelle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792065803
Agression sexuelle : comment Woody Allen est passé de maestro à paria à Hollywood
Agression sexuelle : comment Woody Allen est passé de maestro à paria à Hollywood
"Libération" et "Le Parisien" racontent comment le cinéaste, accusé d'agression sexuelle par sa fille adoptive Dylan Farrow, est devenu en quelques jours persona non grata à Hollywood.
https://www.rtl.fr/culture/cine-series/agression-sexuelle-comment-woody-allen-est-passe-de-maestro-a-paria-a-hollywood-7792065803
2018-01-31 11:10:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pvJEkcp_6-CjzwNja8Nrzw/330v220-2/online/image/2015/0114/7776205853_woody-allen-prealisera-une-serie-pour-amazon.jpg