3 min de lecture Diaporama

EN IMAGES - "Mode islamique" : religion et couture, une histoire cousue de fil d'or

Une polémique enfle autour des nouvelles tenues proposées par Dolce&Gabbana qui entre sur le marché des hijabs et abayas. Pourtant, c'est loin d'être la première fois que la mode s'intéresse à la religion.

De Chanel à Dior en passant par Dolce&Gabbana, la religion a toujours inspiré la mode
De Chanel à Dior en passant par Dolce&Gabbana, la religion a toujours inspiré la mode Crédit : SIPA / AFP

La mode a toujours aimé la religion. Ou du moins, la taquiner, la sublimer, la provoquer... Depuis que les couturiers jouent avec les drapés, les courbes, les matières, les couleurs, ils se sont intéressés aux codes de la religion, et notamment au christianisme et à l'islam, deux grandes sources d'inspirations. Le dernier en date s'appelle Dolce&Gabbana. Avec sa première gamme de hijabs et abayas, la maison de couture italienne s'attire les foudres des commentateurs, tel que la philosophe Élisabeth Badinter qui appelle au boycott de la marque, et de toutes celles qui commercialisent une certaine "mode islamique". 

Le monde de la couture doit-il arrêter de toucher au sacré ? Ce n'est pas la première fois que la haute-couture provoque esclandres et indignations. Ce n'est pas non plus la première fois que Dolce&Gabbana trempe ses aiguilles dans les fils sacrés de la religion. Dès l'hiver 2013-2014, alors que le contexte est déjà tendu concernant l'utilisation ou les références à la religion, le couturier présente une collection haute en connotations chrétiennes. Une série dont les motifs sont inspirés des mosaïques de la cathédrale de Monreale.

Une des pièces de la collection automne-hiver 2013-2014 de Dolce&Gabbana
Une des pièces de la collection automne-hiver 2013-2014 de Dolce&Gabbana Crédit : GIA/WENN.COM/SIPA

La mode n'a pas de dieu

À l'époque, la collection n'a pas pour but de provoquer, mais de rendre hommage. La mode n'a pas toujours choisi cette approche du sacré. Qu'ils soient liés à la religion catholique ou musulmane, les accessoires comme la croix ou le voile sont souvent utilisés comme des accessoires de mode, dénués de symbolique. 

Mais ils peuvent aussi être tournés en dérision, comme c'est le cas avec le styliste turque Hussein Chalayan qui a inventé une gamme de burka en six modèles. Le premier couvrant le corps de la tête aux mollets, puis les coupes sont de plus en plus dénudées, jusqu'à la version où il ne reste plus que le masque pour couvrir le nez et la bouche, le reste du corps étant totalement découvert. Une série dont le discours est politisé et qui cherche à dénoncer "l'intégrisme religieux". 

Quand Dior s'amuse avec les signes religieux Crédits : FRANCOIS GUILLOT / AFP |
4 >
Quand Dior s'amuse avec les signes religieux Crédits : FRANCOIS GUILLOT / AFP |
Claudia Shiffer défile avec un verset du Coran entre les seins pour Chanel Crédits : GERARD JULIEN / AFP |
Créations provocantes du Turc Hussein Chalayan Crédits : Pinterest / trendencias |
La rappeuse Lil Kim en une d'un magazine presque nue et voilée Crédits : DR |
1/1
À lire aussi
religions
"On est en direct" : Chimène Badi dénonce le terrorisme islamiste, "ce n'est pas notre religion"

Avec ce que des théologiens indonésiens ont affirmés être des versets du Coran fièrement arborés au niveau de la poitrine, la robe portée par Claudia Shiffer en 1994 pour Chanel a fait scandale. Au point que la maison de couture s'en est officiellement excusée. Karl Lagerfeld pensait n'y voir qu'un poème d'amour, mais après des menaces envers son mannequin, le couturier a retiré la robe de sa collection et détruite.

Le voile, pièce historique de la haute couture

Aujourd'hui, la polémique est surtout centrée sur le fait de lancer des gammes de vêtements religieux par une marque occidentale pour un marché occidental et non "du Golfe", à en croire la critique de la ministre Laurence Rossignol. Seulement, ce n'est pas non plus une nouveauté. Yves Saint Laurent aussi, il y a déjà fort longtemps, a pris plaisir dans les années 70 à jouer avec ce vêtement. Des clichés en noir et blanc montrent bien que cette pièce peut être un accessoire de mode. 

À cette époque, Pierre Bergé ne s'était pas plus que cela indigné d'une collection voilée. Aujourd'hui, il semble avoir totalement changé d'avis et déclare : "Les créateurs de mode n'ont rien à faire sur le terrain de la mode islamique. Je suis scandalisé. Moi qui a été près de 40 ans au côté de Yves Saint Laurent, j'ai toujours cru qu'un créateur de mode était là pour embellir les femmes, pour leur donner la liberté, pas pour être le complice de cette dictature qui impose cette chose abominable qui fait qu'on cache les femmes, qu'on leur fait vivre une vie dissimulée".

Depuis plusieurs années déjà, des marques de vêtement se multiplient pour proposer des pièces en accord avec la religion musulmane, comme Haute Hijab ou encore, dans un autre style, cette marque créée par deux sœurs juives orthodoxes, Mimu Maxi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diaporama Religions Polémique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants