5 min de lecture Baccalauréat

VIDÉOS - Bac 2017 : le programme de philosophie en 6 films cultes

INTERVIEW - Rien de tel que de bonnes références cinématographiques pour finaliser vos révisions. Explications avec une professeure de philosophie.

Extrait du film "Imitation game", de Morten Tyldum
Extrait du film "Imitation game", de Morten Tyldum Crédit : Capture d'écran YouTube
Marie de Fournas

Sur une copie, c’est toujours un plus. Ajouter des références que l’on ne vous a pas donné en cours, mais que vous êtes vous-même allé chercher, peut faire la différence. Cela permet de montrer à l’examinateur votre ouverture sur le monde et votre curiosité. Il est possible d’évoquer des livres, des articles, des reportages, des pièces de théâtre, mais aussi des films.

L’allusion sera une touche originale et sympathique, à condition bien sûr qu’il y ait un rapport avec le sujet et qu’il s’agisse d’une bonne référence cinématographique. Sophie Schulze, professeur de philosophie des cours Thalès, a livré à RTL.fr sa liste de films, thème par thème, en rapport avec le programme de philosophie, toutes terminales confondues. L’occasion de faire une petite pause culturelle et utile pendant ses révisions.

1 - "L'enfant sauvage", de François Truffaut (1970)

Pour le thème de la culture. 
Le film retrace l’histoire de "l’enfant-loup", découvert en 1798 dans la forêt et étudié par le docteur Itard à Paris. Il va travailler avec l’enfant appelé Victor, afin qu’il s’adapte à la civilisation. "C’est un grand classique de la philo en terminale, confie la professeur. Il montre comment tout nous vient de l'éducation et de l'acquis". 

2 - "Freud, passions secrètes", de John Huston (1962)

Pour les thèmes de la conscience et de l'inconscient. 
À Vienne, en 1885, le jeune Sigmund Freud, intéressé par des travaux sur l’hypnose, lance ses propres recherches, malgré l’opposition de son entourage. Il étudie l'inconscient de ses malades et le sien propre. Cela l'amènera à ses principales découvertes et à un scandale qui ébranlera toute la médecine viennoise. "Écrit sur un scénario de Jean-Paul Sartre, c'est une bonne mise en scène et un bon exposé des principes fondamentaux de la psychanalyse freudienne", explique Sophie Schulze.

3 - "12 hommes en colère", de Sidney Lumet (1957)

À lire aussi
Gérard Depardieu à Bruxelles le 25 juin 2018 (images d'illustration) People
Bac : Depardieu, Deneuve, Griezmann... 9 personnalités qui ont réussi sans le diplôme

Pour les thèmes de la justice et du droit. 
Un jeune homme d'origine modeste est accusé du meurtre de son père et risque la peine de mort. Lors du procès, le jury composé de douze hommes et parti délibérer, procède immédiatement à un vote : onze votent "coupable". Une majorité écrasante, sauf que la décision doit être prise à l'unanimité. Le juré qui a voté "non-coupable", explique ses doutes et affirme que la vie d'un homme mérite quelques heures de discussion. Il s'emploie alors à convaincre les autres jurés un à un. Selon la professeur de philosophie, ce film, deux fois nominé aux oscars, permet de voir "comment la raison doit l'emporter sur nos préjugés quand il s'agit de juger un homme".

4 - "Imitation game", de Morten Tyldum (2015)

Pour les thèmes de la raison et du réel. 
Lors de la Seconde Guerre mondiale, le mathématicien et cryptologue Alan Turing est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable. Cela montre "comment des travaux scientifiques abstraits peuvent impliquer la vie de millions d'hommes", juge-t-elle.

5 - "Amadeus", de Milos Forman (1984)

’art. 
Récompensé par huit oscars et un césar, le film retrace la vie du compositeur Wolfgang Amadeus Mozart, mais du point de vue de d’Antonio Salieri : musicien italien et éternel rival du petit génie autrichien. "Il s'agit d'une présentation de la théorie romantique du génie, comme don inné, distinct du simple talent artistique de Salieri", indique Sophie Schulze.

6 - "I comme Icare", de Costa Gavras (1979)

Pour les thèmes de l'État et de la liberté. 
L’ensemble du film se déroule dans un pays fictif, qui ressemble beaucoup aux États-Unis. Après l'assassinat du président récemment réélu, le procureur refuse les conclusions de l'enquête. Un témoin finit par lui dévoiler la part d'ombre de cette histoire."Une séquence du film est la mise en scène, parfaitement expliquée, de l'expérience de Milgram sur la soumission à l'autorité", argumente la professeur.

La fameuse séquence du film.

>
I comme Icare (Stanley Milgram - Soumission a` l'autorite´)
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Baccalauréat Cinéma Philosophie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants