1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Une semaine avec l'iPhone 6s
7 min de lecture

Une semaine avec l'iPhone 6s

TEST - L'iPhone 6s ressemble comme deux gouttes d'eau à l'iPhone 6. Mais il recèle plus de nouveautés qu'il n'y paraît. Bilan après une semaine d'utilisation.

L'iPhone 6s
L'iPhone 6s
Crédit : Cécile de Sèze / RTL.fr
profilrtl
Benjamin Hue

"Ils ont l'air familier mais nous avons tout changé avec ces téléphones". Lors de la présentation de l'iPhone 6s et 6s Plus, le 9 septembre dernier à San Francisco, Tim Cook a, comme à son habitude, présenté les nouveaux joyaux de la marque à la pomme comme une révolution. De fait, les nouveaux iPhone que vous avez peut-être pu apercevoir dans le métro, chez votre opérateur ou entre les mains d'un collègue ne semblent pas si différents de la précédente génération. Sur le plan du design, ils sont quasi intacts. À quelques millimètres près, leurs mensurations et leurs finitions sont identiques. Mais au-delà de la ressemblance visuelle, l'iPhone 6s recèle plus de nouveautés qu'il n'y paraît. Bilan après une grosse semaine d'utilisation.

Plus solide et rapide que l'iPhone 6

La singularité de l'iPhone 6s s'exprime dès la première prise en main. Avec 143 g sur la balance, contre 128 g pour l'iPhone 6, et 7,1 mm contre 6,8 mm, l'iPhone 6s a pris de l'embonpoint et s'est épaissi. Le toucher est différent. Le revêtement en aluminium Series 7000 est plus agrippant. Le téléphone a tendance à moins glisser. Le verre de l'écran a également été revu pour introduire 3D Touch. Cette technologie inaugure des vibrations différentes, plus rondes, semblant émaner du coeur du téléphone. C'est le Taptic Engine, qui assure désormais les vibrations, dont celles qui accompagnent les pressions 3D Touch.

Ces quelques jours d'utilisation permettent également de confirmer les conclusions des premiers crash test. L'alliage le plus solide jamais utilisé pour un iPhone (selon Apple) tient ses promesses : l'iPhone 6s est sorti indemne de plusieurs chutes achevées sur la face arrière et la vitre avant. La différence se fait ensuite sentir à la première utilisation. Le nouveau processeur A9 permet à l'iPhone 6s de faire un bond en avant en matière de vitesse. Une fois passée une première inquiétude face à la lenteur et au blocage de la plupart des applications au moment de l'activation du téléphone et de la migration des données du précédent appareil, l'iPhone 6s s'avère plus fluide que son aîné. Passer d'une application à une autre, naviguer sur le web, capturer et visionner des vidéos... La moindre tâche s'effectue en toute vitesse. Dans la même logique, le capteur d'empreintes digitales Touch ID est plus rapide et précis que celui de l'iPhone 6.

L'écran 3D Touch doit être apprivoisé

Difficile d'évoquer les nouveautés de l'iPhone 6s sans parler de 3D Touch, la technologie qui doit réinventer la façon de naviguer dans l'iPhone. Plus réactif et sensible au toucher, l'écran tactile inaugure une nouvelle manière d'interagir en fonction du degré de pression exercé sur l'écran. Soit via le "Peek en pop", qui consiste en une pression prolongée pour activer une fonction sélectionnée dans un sous-menu d'une application. Cela permet par exemple de prévisualiser le contenu d'un message ou d'un mail et de répondre directement sans entrer dans l'application. Soit via les "Quick actions", des pressions courtes permettant d'afficher un sous-menu avec plusieurs options proposées. 

À regarder

3D Touch introduit de nouveaux raccourcis intuitifs
00:00:14
À lire aussi

Après une semaine d'utilisation, force est de constater que la fonction ne s'impose pas d'elle-même. Les personnes souhaitant continuer à utiliser leur téléphone comme avant peuvent le faire sans problème sans même avoir besoin de désactiver la fonction : 3D Touch ne se substitue pas aux anciens usages mais propose de nouvelles actions pour fluidifier la navigation. Il faut au contraire se forcer au début à essayer les différentes possibilités offertes par cette technologie pour mesurer son intérêt.

3D Touch est par exemple particulièrement pratique pour enregistrer un événement mentionné dans un message directement dans son agenda sans changer d'application, pour passer d'une application à l'autre via le mode multitâche, pour jeter un rapide coup d’œil à un lien web depuis une application de messagerie ou pour afficher l'aperçu d'une photo sans l'ouvrir. L'usage du clavier virtuel est également simplifié : le curseur est plus précis et sélectionner un bout de texte n'est plus un parcours du combattant.

Les nouveaux convertis à cette technologie regretteront en revanche qu'elle soit pour l'instant réservée aux applications natives de l'iPhone (Messages, Mails, Photos, Horloge, Calendrier, Notes) en attendant les applications tierces comme Instagram, dont la dernière mise à jour intègre la technologie. Dommage aussi qu'il ne soit pas encore possible de configurer les raccourcis proposés pour les applications compatibles. Safari ne permet par exemple pas d'accéder à ses sites web favoris et Contacts de rechercher un contact.

"Live Photo" séduisant mais limité

Avec 3D Touch, c'est certainement la nouveauté qui a le plus marqué les esprits des personnes qui ont testé le nouvel iPhone. Le dernier iPhone est capable de prendre des Live Photos, des images dynamiques de quelques secondes à mi-chemin entre la photo et la vidéo, en capturant la scène une ou deux secondes avant et après la prise de vue. Le résultat donne une photo classique en apparence qui se mue en image animée lorsqu'on exerce une pression dessus via 3D Touch. "Comme dans Harry Potter", se sont enthousiasmées la plupart des personnes qui ont découvert la fonction. Il est possible de les utiliser en fond d'écran et comme cadran sur l'Apple Watch.

À regarder

Live Photo, à mi-chemin entre la photo et la vidéo
00:00:09

Aussi anecdotique soit-elle, cette fonction est porteuse d'un potentiel viral certain. Malheureusement, il est pour l'instant difficile de les partager, constituant un frein important à son adoption. Seuls les possesseurs d'iPhone sous iOS 9 peuvent les recevoir et les lire (en restant appuyé sur leur écran) via iMessage, iCloud ou AirDrop. En cas de transfert de Live Photo par mail, le fichier reçu est une photo classique statique au format Jpeg. Via l'application Mac de transfert de photos, une Live Photo se décompose en deux fichiers, une image statique et un film au format Mov accompagné de son mais qui ne contient pas la photo et perd l'effet de flou propre aux Live Photo. 

Grâce aux outils fournis aux développeurs, les Live Photos devraient logiquement bientôt être pris en charge par les applications des réseaux sociaux. Des applications permettant de les convertir en vidéo ou en gifs devraient également voir le jour prochainement.

L'appareil photo évolue en douceur