1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Simuler des canicules pour sélectionner les céréales résistantes au changement climatique
1 min de lecture

Simuler des canicules pour sélectionner les céréales résistantes au changement climatique

L'Institut national de recherche agronomique s'est doté d'un outil unique en Europe pour étudier en plein champ la tolérance des cultures au réchauffement.

Des champs aux États-Unis ravagés par la sécheresse
Des champs aux États-Unis ravagés par la sécheresse
Crédit : JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

La science est-elle en mesure de répondre au changement climatique ? À l'institut national de recherche agronomique, des scientifiques se penchent sur la tolérance des cultures au réchauffement en simulant des sécheresses. Le but, "concevoir les futures variétés de céréales qui seront adaptées aux conditions climatiques de demain", a exposé vendredi le président de l'Inra Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-Baptiste Coulon.

Le principe s'appelle le phénotypage. Il s'agit de construire des abris mobiles, capables de se déplacer en cas de pluie et d'y introduire une grande variété de céréales (blé, maïs, tournesol, colza...) pour ensuite les soumettre à des conditions proches de "la culture en France dans les années 2050-2100". À partir du printemps prochain, les chercheurs soumettront ces plantes de grandes cultures au stress hydrique et à une augmentation du CO2 dans l'air ambiant. 

On va simuler des sécheresses en soustrayant la pluviométrie naturelle à ces parcelles expérimentales

Vincent Allard, ingénieur

"On va simuler des sécheresses en soustrayant la pluviométrie naturelle à ces parcelles expérimentales. Ensuite, on pourra ajuster, grâce à un système d'irrigation précis, la réserve en eau du sol pour soumettre les plantes à des scenarii climatiques très précis", a précisé Vincent Allard, un ingénieur de recherche. Contenu dans de grosses bonbonnes, le CO2 sera "aspergé à l'air libre dans le sens du vent" dans un immense anneau entourant la parcelle. 

Puis en 2016, le site sera également doté d'une "Phénomobile", un petit robot autonome équipé de capteurs qui se déplacera au-dessus des parcelles afin de mesurer, parfois plusieurs fois par jour, les caractéristiques des plantes étudiées. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/