1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Boire ou conduire, la voiture autonome nous dispensera-t-elle de choisir ?
2 min de lecture

Boire ou conduire, la voiture autonome nous dispensera-t-elle de choisir ?

Rentrer d’une soirée arrosée, s’installer sur le siège conducteur, allumer le contact et se laisser porter jusqu’à chez soi sans toucher le volant. Et si c’était ça le futur ?

Boire ou conduire, l'adage devrait toujours être valable à l'ère des voitures autonomes
Boire ou conduire, l'adage devrait toujours être valable à l'ère des voitures autonomes
Crédit : Flickr
Benjamin Pierret
Benjamin Pierret

La voiture autonome s'apprête à révolutionner la conduite. Après des décennies passées à apprivoiser la route, à anticiper les virages et à appuyer sur la pédale pour ralentir au feu rouge, les conducteurs seront, bientôt, des passagers. S'il faudra attendre le premier trimestre 2020 pour pouvoir se procurer un véhicule qui se conduit lui-même, ces voitures du futur envahiront bien avant les routes de France : début août, le Conseil des Ministres a donné son feu vert pour l'expérimentation. Les constructeurs font déjà circuler des prototypes hyper aboutis jusque sur le périphérique parisien pour éprouver leurs avancées.

L'avènement des voitures autonomes va bousculer les habitudes et pourrait avoir des conséquences assez inattendues sur certains dogmes en vigueur. Faudra-t-il, par exemple, toujours choisir entre boire et conduire ?Si la vigilance n'est plus nécessaire, prendre le volant après une soirée arrosée et se laisser porter jusqu'à chez soi en tout sécurité pourrait légitimement devenir la norme. Une étude de la banque américaine Morgan Stanley, rapportée par Business Insider, le sous-entend d'ailleurs : selon elle, l'ère du Uber et de la voiture sans chauffeur pourrait voir l'industrie de l'alcool boostée de près de 100 milliards de dollars

Et qui s'occupe du véhicule ?

Alain Bensoussan, avocat spécialiste des nouvelles technologies et président de l'Association du droit des robots, reste prudent quant à la possibilité d'un monde où conduite et spiritueux seraient compatibles. Il distingue trois tâche incontournables pour quiconque se retrouve en charge d'un véhicule : la vigilance, la surveillance et la conduite. Et la voiture autonome ne supprimera que cette dernière.

"L'intelligence de ces véhicules est encore faible. Il doit toujours y avoir une personne capable de prendre des mesures de protection et d'arrêter la machine s'il le faut." Cependant, selon lui, on peut déjà envisager un changement dans la réglementation du taux d'alcoolémie, qui serait plus piloté "par des exigences de santé que des exigences de conduite". 

À lire aussi

L'homme de loi prédit également une disparition du permis de conduire, au profit d'un permis de circuler, basé sur "les bons comportements d'une personne circulant en milieu ouvert, ses connaissances en terme de premiers secours et sa maîtrise du code de la route." Pour l'instant, tout n'est qu'anticipation : s'il affirme que le ministère de l'Intérieur et le ministère de l'Équipement travaillent à une réglementation de la voiture sans chauffeur, on ignore encore à quoi ressembleront les nouveaux droits et devoirs des automobilistes. 

Quelle responsabilité en cas d'accident ?

Gérard Haas, avocat spécialiste des nouvelles technologies, insiste quant à lui sur les questions globales que pose la voiture autonome, notamment du côté des assurances : "En cas de sinistre, à qui reviendra la responsabilité ?" Une éventualité à prendre en compte : le 7 mai dernier, une voiture Tesla dont le mode pilote automatique était activé a été impliquée dans un accident mortel, en Floride, comme le rapporte Courrier International. Un incident qui met en lumière les faiblesses de ces véhicules du futur, ainsi qu'une question plus fondamentale et humaniste, soulevée par Maître Haas : "Faut-il être un être vivant pour conduire une machine ?".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/