1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le FN et ses assistants soupçonnés de fraude au Parlement européen
2 min de lecture

Le FN et ses assistants soupçonnés de fraude au Parlement européen

Le Front national est sous le coup d'une enquête diligentée par le Parlement européen. 20 assistants parlementaires frontistes sont accusés de travailler pour leur parti aux frais de l'Europe.

Marine Le Pen lors d'une conférence de presse au siège du Front national, le 6 février 2015, à Nanterre.
Marine Le Pen lors d'une conférence de presse au siège du Front national, le 6 février 2015, à Nanterre.
Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP & Marion Dubreuil

À deux semaines des élections départementales, le Front National est dans le collimateur du Parlement européen. Son président Martin Schultz a saisi l'organisme européen anti fraude (Olaf) pour enquêter sur l'activité de 20 assistants parlementaires recrutés par le FN. 

Ces derniers sont soupçonnés, selon le journal Le Monde, de travailler principalement pour des questions de politique nationale aux frais du parlement sans s'occuper des problématiques européennes. Le préjudice représenterait 7,5 millions d'euros pour l'ensemble de la législature, a indiqué une source parlementaire, confirmant les chiffres avancés par le quotidien Le Monde.  

Ces assistants figurent dans l'organigramme du FN

Les soupçons du Parlement européen se portent sur les salaires de ces 20 assistants parlementaires recrutés par les 24 eurodéputés FN. Ces assistants sont pour la majorité présents dans l'organigramme du FN. Cinq d'entre eux sont sont des conseillers spéciaux de Marine Le Pen, trois autres figurent au cabinet du président d'honneur du FN. 

Tous semblent donc avoir des responsabilités politique au sein du Front national alors qu'ils "doivent nécessairement et directement travailler à l'exercice du mandat parlementaire des députés européens", rappelle le Parlement. "Certains assistants ne travaillent pas pour le député auquel ils sont liés par un contrat de travail", insiste-t-il.

À écouter aussi

Martin Schultz craint que les salaires versés aux 20 assistants aient servi "directement ou indirectement à financer des contrats établis avec des groupes politiques du Parlement ou des partis politiques". 

Marine Le Pen dénonce une stratégie politique du PS

"Dans le fond, Schultz a raison... Nos assistants ne travaillent pas pour l'Union européenne mais contre elle !", a réagi sur son compte Twitter le vice-président du FN, Florian Philippot, qualifiant le dossier d'"affaire bidon".

Le parti est actuellement crédité de 30% des intentions de vote pour les élections départementales des 22 et 29 mars prochains. Un scénario évoqué, ce dimanche, par le Premier ministre qui a fait part de sa "peur" face à l'ascension du FN. Résultat, Marine Le Pen voit dans cette affaire européenne la main de Manuel Valls, qui, dit-elle "mobilise ses amis socialistes contre le FN". 

La présidente du parti a également fait part de son intention de déposer "une plainte pour dénonciation calomnieuse". 

La rédaction vous recommande

À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/