1 min de lecture Justice

Sarkozy cité comme témoin au procès Pérol

Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, également cité par la CGT ne sont toutefois pas tenus de répondre favorablement.

Nicolas Sarkozy à Asnières-sur-Seine le 24 mars 2015.
Nicolas Sarkozy à Asnières-sur-Seine le 24 mars 2015. Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'ancien chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, va être cité comme témoin dans le procès de son ancien collaborateur à l'Elysée, François Pérol, jugé à partir du 22 juin à Paris pour "prise illégale d'intérêts". Il est reproché à François Pérol d'avoir accepté en février 2009 de prendre la tête du groupe BPCE, alors qu'il avait suivi le dossier à l'Elysée en tant que secrétaire général adjoint chargé de l'économie, sous le mandat de Nicolas Sarkozy.

Le problème, c'est qu'un fonctionnaire n'a pas le droit, dans un délai de trois ans, de travailler pour une entreprise qu'il a surveillée, avec laquelle il a conclu un contrat ou sur laquelle il a fait des propositions à l'autorité compétente. Peine maximale encourue pour François Pérol : deux ans de prison et 30.000 euros d'amende

Nicolas Sarkozy et Claude Guéant ne sont toutefois pas tenus de répondre favorablement à une telle citation par une partie civile

Les patrons des deux banques s'étaient rencontrés à l'Élysée

Lors de la réunion du 21 février 2009, en pleine crise financière mondiale, il avait été signifié sans équivoque aux deux patrons que François Pérol devait prendre la tête du nouvel ensemble, selon une source proche du dossier. 

À lire aussi
Carlos Ghosn a été libéré sous caution, a-t-on appris jeudi 25 avril 2019 Carlos Ghosn
Carlos Ghosn : "Les Américains sont venus à l'aide des Japonais", dit son avocat sur RTL

"Le président de la République nous indiquait (...), en rappelant que l'Etat prêtait 5 milliards, qu'il entendait que François Pérol soit proposé comme futur directeur général exécutif du nouvel ensemble", avait témoigné Bernard Comolet, alors patron de la Caisse d'Epargne. Quelques jours plus tard, cette candidature était validée par les deux banques. L'opposition avait dénoncé un conflit d'intérêts, tandis que l'association Anticor décrivait "un dossier emblématique de l'époque Sarkozy".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Nicolas Sarkozy Claude Guéant
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants