3 min de lecture Religions

À quoi va ressembler la Fondation pour l'islam de France ?

ÉCLAIRAGE - L'institution, lancée en 2005 par Dominique de Villepin, sera présidée par Jean-Pierre Chevènement.

Jean-Pierre Chevènement à l'Élysée, en septembre 2013
Jean-Pierre Chevènement à l'Élysée, en septembre 2013 Crédit : AFP
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Manuel Valls veut bannir au moins temporairement les financements étrangers dans les mosquées françaises. À la fin du mois de juillet, le Premier ministre, dont la politique en matière de lutte contre le terrorisme a été très critiquée par son opposition, a appelé à refonder l'islam de France par le biais de la Fondation des œuvres pour l'islam de France, lancée par Dominique de Villepin en 2005.

Le 29 août, un mois plus tard, Bernard Cazeneuve s'emploie à la tâche en recevant plusieurs membres du Conseil français du culte musulman (CFCM). Au programme de ces rencontres orchestrées place Beauvau : la polémique sur le burkini mais aussi le lancement des deux déclinaisons de la Fondation pour l'islam de France, l'une étant consacrée au culturel, quand l'autre s'intéresse au cultuel.

Une Fondation laïque avec un financement d'un million d'euro de l'État

Dans une interview au quotidien La Croix, Bernard Cazeneuve évoque les objectifs de cette fondation laïque et reconnue d’utilité publique, "qui ne pourra pas financer le culte, c’est-à-dire la construction de mosquées ou la formation théologique des imams." Dans le détail, le ministre de l'Intérieur explique que la Fondation "aura vocation à soutenir des projets, dans les domaines de l’éducation, de la culture, de l’engagement des jeunes, elle pourra prendre en charge la formation profane des imams, le développement de la recherche en islamologie, être un acteur d’une meilleure connaissance de l’islam à travers ses productions littéraires et artistiques. 

À lire aussi
L'invité de RTL société
Barbarin : "Laissons faire la justice", déclare l'archevêque de Paris

J’ai prévu qu’elle puisse bénéficier de fonds publics pour son démarrage, à côté du financement des entreprises et des particuliers." D'après le quotidien Le Monde, "elle a été pensée sur le modèle de fondations d’utilité publique déjà existantes comme celle du judahisme français, du protestantisme ou encore la fondation Notre-Dame, qui ont des budgets de plusieurs dizaines de millions d’euros." Dans un premier temps, l'État financera la Fondation à hauteur de 1 million d'euros. Elle sera complétée par la dotation de Serge Dassault de 1 million d'euros, qui n'avait jusque-là jamais été utilisée.

Une Fondation culturelle présidée par Jean-Pierre Chevènement

Jean-Pierre Chevènement, ex-ministre et proche de François Hollande, présidera le volet culturel de cette Fondation. Bernard Cazeneuve assure que l'ancien sénateur du Territoire de Belfort "connaît bien le monde musulman et son attachement à la laïcité est incontestable. Je rappelle que la Fondation traite de la relation entre la République et les musulmans : qu’un grand républicain en prenne la tête au moment de sa création, avec en son sein de nombreux musulmans, revêt une vraie dimension symbolique, puisque cette nouvelle structure sera le pont entre la République et les musulmans de France."

Jean-Pierre Chevènement ne sera pas seul aux commandes de l'institution. Il sera accompagné d'un directeur général "musulman", selon Anouar Kbibech, président du Conseil français du culte musulman. D'après Le Monde, l'islamologue Ghaleb Bencheick, l'écrivain marocain Tahar Ben Jelloun, le recteur de la mosquée de Paris, Kamel Kabtane et Najoua Arduini-Elatfani, qui a présidé le Club XXIe siècle, siégeront.

Une Fondation cultuelle dirigée par des représentants musulmans

Le deuxième volet de la Fondation aura une vocation cultuelle, qui sera mise sur pied par les représentants musulmans. "L'État ne sera pas partie prenante", confirme Bernard Cazeneuve. "Elle aura plusieurs objectifs¿: centraliser l’ensemble des financements nationaux pour la construction de mosquées - sachant que beaucoup ont déjà été construites - et la formation théologique des imams. Nous souhaitons que transitent par elle des fonds, dont elle garantira la transparence : non pas une taxe mais une contribution - volontaire et négociée - des acteurs de la filière halal, ainsi que les dons des fidèles."

"On s’oriente vers un financement exclusivement français qui viendra à la fois de mécènes et qui pourra gérer la collecte de la redevance halal sur laquelle on avance", détaille Anouar Kbibech dans Le Monde.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Religions Islam France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784646157
À quoi va ressembler la Fondation pour l'islam de France ?
À quoi va ressembler la Fondation pour l'islam de France ?
ÉCLAIRAGE - L'institution, lancée en 2005 par Dominique de Villepin, sera présidée par Jean-Pierre Chevènement.
https://www.rtl.fr/actu/politique/quoi-va-ressembler-la-fondation-pour-l-islam-de-france-7784646157
2016-08-29 15:56:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Rg1T5YUMJijy6nCdD-ayXw/330v220-2/online/image/2016/0829/7784649044_jean-pierre-chevenement-a-l-elysee-en-septembre-2013.jpg