2 min de lecture 35 heures

Michel Sapin tacle Emmanuel Macron sur les 35 heures

Le ministre de l'Économie n'a pas épargné son prédécesseur, qui a dévoilé les propositions phares de son programme.

Michel Sapin et Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale.
Michel Sapin et Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale. Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Emmanuel Macron a dévoilé les premières mesures de son programme. Et ce n'est pas du goût de tout le monde. "Travailler plus que les vieux" tout en gagnant moins : c'est ainsi que Michel Sapin a résumé, ce lundi 14 novembre, la proposition d'Emmanuel Macron de moduler le temps de travail en fonction de l'âge, s'attirant une vive réplique de l'entourage de l'ex-ministre. "J'ai compris que, dans ses propositions, les jeunes devraient être moins payés que les vieux et travailler plus que les vieux. Chacun pourra juger. Quand on commence à rentrer dans le concret, cela permet à chacun de porter un jugement sur autre chose que la seule qualité du sourire", se moque le ministre de l'Économie dans une interview aux Echos

Le député Richard Ferrand, secrétaire général d'En Marche !, a vivement réagi sur Twitter à l'attaque de Michel Sapin. "On savait que Sapin ne comprenait pas tout. La nouveauté est qu'il nous le confirme sur le mode bête, méchant et parfaitement inutile", a-t-il taclé. 

Jeudi, dans une longue interview à L'Obs, Emmanuel Macron a commencé de dévoiler ses propositions en matière sociale, se disant favorable à "plus de souplesse, plus de flexibilité" sur le temps de travail. "Il faut (...) s'adapter aux individus. On peut ainsi imaginer que les branches professionnelles négocient une possibilité pour les salariés qui le souhaiteraient de travailler moins à partir de 50 ou 55 ans : 30, 32 heures, pourquoi pas ? En revanche, quand on est jeunes, 35 heures, ce n'est pas long (...) Quand on est jeune, 35 heures ce n'est pas assez. On veut travailler plus, on veut apprendre son job", explique Emmanuel Macron.

Pour le fondateur d'En Marche !, qui devrait se déclarer prochainement à la présidentielle, il ne s'agit pas de créer un "Smic jeunes". "L'important, c'est que l'État adopte des mesures incitatives pour que les chefs d'entreprise recrutent des jeunes salariés, par exemple en prenant en charge le coût de leur apprentissage".

La rédaction vous recommande
À lire aussi
Une salariée devant son ordinateur (illustration). temps de travail
Travail : 60% des salariés favorables à la semaine de quatre jours

                   

Lire la suite
35 heures Michel Sapin Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants