4 min de lecture

"Faux tract" anti-Mélenchon : le casier judiciaire de Marine Le Pen s'alourdit

DÉCRYPTAGE - Condamnée dans l'affaire du "faux tract" distribué par le FN à Hénin-Beaumont lors des législatives de juin 2012, c'est la deuxième fois que Marine Le Pen est épinglée par la justice.

Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen ont déjà été condamnés à plusieurs reprises par la justice
Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen ont déjà été condamnés à plusieurs reprises par la justice
BenjaminHuepro
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, la page Hénin-Beaumont n'est pas encore totalement tournée. Leur affrontement dans la petite commune nichée dans un bassin minier sinistré avait rythmé la campagne pour les élections législatives de juin 2012. Injures, menaces, affiches décollées : les deux candidats à la 11e circonscription du Pas-de-Calais s'étaient rendus coup pour coup. 

Avec en point d'orgue l'épisode du "faux tract" distribué par le Front national représentant le président du Front de gauche accolé aux mentions "Il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb" et "Votons Mélenchon", écrit en arabe. Une affaire pour laquelle Marine Le Pen vient d'être condamnée à 10.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Béthune, ce jeudi 3 avril. Il s'agit de sa première condamnation pénale, précise son avocat et ex-candidat à la mairie de Paris, Me Wallerand de Saint-Just.

Déjà condamnée pour procédure abusive

Mais ce n'est pas la première fois que la présidente du Front national est épinglée par la justice. Mi-janvier, Marine Le Pen avait déjà été condamnée à verser 1.500 euros de dommages et intérêts à Georges Tron ainsi qu'à l'Agence France-Presse. Une décision du tribunal correctionnel de Paris.

La députée européenne les poursuivait en diffamation dans l'affaire d'accusations de viols et d'agressions sexuelles dans laquelle le maire UMP de Draveil (Essonne) avait bénéficié d'un non-lieu. 

Sous le coup d'une enquête pour "incitation à la haine raciale"

Poursuivie par le parquet de Lyon à la suite d'une plainte déposée après un discours tenu le 10 décembre 2010, dans lequel elle avait dénoncé "les prières de rue" de musulmans en les qualifiant "d'occupation" sans "blindés" ni "soldats", Marine Le Pen est également sous le coup d'une enquête pour incitation à la haine raciale. 

Difficile toutefois d'affirmer qu'elle marche dans les pas de son père. Engagée dans une stratégie de dédiabolisation du Front national, Marine Le Pen se garde bien de ne pas répéter les sorties choc qui ont valu à Jean-Marie Le Pen de nombreuses condamnations judiciaires.

Très loin du bilan de son père

Par neuf fois au total, la justice a sanctionné l'ancien président du Front national. La dernière date du 19 décembre 2013 : Jean-Marie Le Pen a été condamné à 5.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Paris pour ses propos sur les Roms, qui voleraient "naturellement", "comme les oiseaux", selon ses dires du 22 septembre 2012, à l'université d'été du Front national.

Le 8 février 2008, le finaliste de l'élection présidentielle de 2002 écope de trois mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende pour avoir affirmé dans la revue d'extrême droite Rivarol en 2005 que l'occupation allemande n'avait pas été "particulièrement inhumaine". La peine est confirmée le 21 janvier 2009 par la cour d'appel de Paris.

Le 24 février 200510.000 euros d'amende sont infligés à Jean-Marie Le Pen pour incitation à la haine raciale. En cause, des propos publiés dans Le Monde du 19 avril 2003. "Le jour où nous aurons en France, non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux".

Le 25 novembre 1998, il est condamné avec Bruno Mégret à verser 10.000 francs (1.524 euros) de dommages et intérêts à l'Union des étudiants juifs de France pour avoir déclaré : "Je crois à l'inégalité des races" (lors de l'université d'été du FN, le 30 août 1996).

Le 17 novembre de la même année, il est condamné à Versailles à un an d'inéligibilité, 750 euros d'amende et 3 mois d'emprisonnement avec sursis pour des faits de "violence" envers une candidate socialiste à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, lors de la campagne législative de 1997. 

Le 26 décembre 1997, le tribunal de Nanterre condamne Jean-Marie Le Pen à verser jusqu'à 750 euros à 11 associations pour avoir répété que les chambres à gaz étaient "un détail de l'histoire". Une peine confirmée en appel le 13 septembre 1999 qui lui vaudra une autre condamnation, à Munich, le 2 juin 1999.

Le 4 juillet 1997, le président du Front est condamnée à 750 euros d'amende pour avoir qualifié le président de SOS-Racisme, Fodé Sylla, de "gros zébu fou".

Le 3 juin 1993, Jean-Marie Le Pen est condamné par la cour d'appel de Paris à 10.000 francs d'amende. En cause, un jeu de mots injurieux à l'encontre du ministre Michel Durafour qu'il avait surnommé "Durafour crématoire" en 1988.

Le 18 mars 1991, il est condamné à verser 1.2 millions de francs (183.000 euros) à 11 associations pour avoir déclaré sur RTL en septembre 1987 que les chambres à gaz nazies étaient "un point de détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale".

Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770926700
"Faux tract" anti-Mélenchon : le casier judiciaire de Marine Le Pen s'alourdit
"Faux tract" anti-Mélenchon : le casier judiciaire de Marine Le Pen s'alourdit
DÉCRYPTAGE - Condamnée dans l'affaire du "faux tract" distribué par le FN à Hénin-Beaumont lors des législatives de juin 2012, c'est la deuxième fois que Marine Le Pen est épinglée par la justice.
https://www.rtl.fr/actu/politique/marine-le-pen-condamne-pour-un-faux-tract-un-casier-judiciaire-moins-rempli-que-jean-marie-le-pen-7770926700
2014-04-03 18:04:31
https://cdn-media.rtl.fr/cache/OStmnpyvggXD_51a0C-Eyg/330v220-2/online/image/2014/0403/7770926837_marine-le-pen-et-jean-marie-le-pen-ont-deja-ete-condamnes-a-plusieurs-reprises-par-la-justice.jpg