1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les retraités "font partie d'une génération dorée" selon un député REM
1 min de lecture

Les retraités "font partie d'une génération dorée" selon un député REM

Le député REM du Doubs l'assure dans "Le Parisien", les réformes fiscales qu'entend tenir le gouvernement à l'égard des retraités, à l'instar de la hausse de la CSG, ne concerneront pas les plus modestes d'entre eux.

Un couple de retraités en plein calcul
Un couple de retraités en plein calcul
Crédit : iStock
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Il est l'un des Monsieurs retraites de l'Assemblée nationale mais risque de ne pas faire l'unanimité auprès des seniors. Pour Éric Alauzet, député REM du Doubs, "les retraités d’aujourd’hui font partie d’une génération dorée", comme il l'affirme dans Le Parisien ce lundi 5 mars. "Et s’ils ont travaillé toute leur vie, ça ne suffit pas comme argument au moment où il faut trouver de l’argent pour renflouer les caisses de l’État", tranche le parlementaire.

"Je tiens aussi à leur rappeler le montant des retraites de leurs grands-parents, qui ne grimpaient pas bien haut. Celles de leurs enfants seront entre 10 et 15 % moins élevées aussi", poursuit-il dans le quotidien. 

Selon Éric Alauzet, une fois la taxe d'habitation supprimée en 2020, les retraités seront "majoritairement gagnants".

Une perte de pouvoir d'achat assumée par le gouvernement

"Pour 40% des retraités les plus modestes, déjà exonérés de CSG et de taxe d'habitation, les mesures fiscales seront neutres", assure-t-il. Les retraités moyens, qui représentent environ quarante autres pour-cents de la tranche seniors, se verront "compensés en très grande partie par les mesures, totalement ou pas", poursuit le parlementaire, qui dit ne pas comprendre la grogne des retraités. Pour lui, seuls "les 20% les plus aisés" - situés à partir de "2.600 euros net" mensuels minimum pour un célibataire, seront impactés par la nouvelle fiscalité. "Il y aura en effet une perte de pouvoir d'achat, assumée par le gouvernement", reconnaît Éric Alauzet.

À lire aussi

Mais les principaux intéressés ne l'entendent pas de cette oreille. Au 1er janvier dernier, les retraités ont déjà essuyé une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) de 1,7%. Cette hausse entache leur pouvoir d'achat et leur confère le sentiment amer d'être des cibles de choix du gouvernement. Une situation qu'ils dénonceront de vive voix dans la rue jeudi 15 mars, à l'appel de neuf organisations de retraités.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/