1 min de lecture Anne Hidalgo

Le plan vélo d'Anne Hidalgo sous le feu des critiques

REPLAY - Pour Alexis Brézet du "Figaro", la démarche de la maire de Paris concernant les transports est avant tout idéologique.

Philippe Robuchon et Olivier Mazerolle Le Mag Pol Philippe Robuchon & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Le Mag Pol du 08 octobre 2017 Crédit Image : RAUL CARO/SIPA | Crédit Média : Philippe Robuchon,Olivier Mazerolle | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Robuchon
Philippe Robuchon et Olivier Mazerolle

Elle a parlé du budget, du logement et du rôle des collectivités locales, à son sens pas assez prises en compte par l'exécutif. Invitée du Grand Jury RTL, LCI/TF1 et Le Figaro ce dimanche 8 octobre, Anne Hidalgo a répondu aux questions de Benjamin Sportouch pour RTL, Alexis Brézet pour Le Figaro et Christophe Jakubyszyn pour LCI/TF1. La maire de Paris a aussi consacré une large partie de son temps de parole à défendre son plan vélo pour la circulation dans la capitale, cible de nombreuses critiques formulées par ses détracteurs.

"La pollution ça tue", a-t-elle martelé, évoquant un sondage selon lequel 60 à 70% des Parisiens et habitants de la métropole soutiennent son action à l'endroit des transports. "On ne parle jamais assez d'eux, et ils sont plus nombreux", a défendu l'édile, réfutant toute idéologie ou dogmatisme dans son entreprise. Pour Christophe Jakubyszyn, Anne Hidalgo fait "la politique de son électorat". Alexis Brézet juge que sa démarche est avant tout idéologique. "Elle dit : 'Oui il y a beaucoup de critiques mais ces critiques sont celles d'une minorité idéologique, méchante, de droite, réactionnaire [...] Au-delà de la pollution, on ne veut plus de la voiture individuelle parce que c'est un signe de propriété. Donc une voiture électrique qui ne pollue pas, eh bien on n'en veut pas", analyse l'éditorialiste.

"L'idéal post-marxiste c'est la voiture autonome", renchérit Christophe Jakubyszyn. "Il n'y a plus de voiture, il n'y a plus de propriété, c'est la voiture de tout le monde, pour tout le monde." Pour Benjamin Sportouch, il faut reconnaître que la première magistrate de Paris a des convictions. "Ça peut être bizarre, dans des temps où tout est transpartisan, où la gauche et la droite pour Emmanuel Macron, c'est la même chose. Eh bien non, c'est vrai qu'elle est droite dans ses bottes". À ses détracteurs, elle répond "Moi, j'ai fait la politique pour laquelle j'ai été élue", estime le journaliste du service politique de RTL.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Anne Hidalgo Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790424485
Le plan vélo d'Anne Hidalgo sous le feu des critiques
Le plan vélo d'Anne Hidalgo sous le feu des critiques
REPLAY - Pour Alexis Brézet du "Figaro", la démarche de la maire de Paris concernant les transports est avant tout idéologique.
https://www.rtl.fr/actu/politique/le-plan-velo-d-anne-hidalgo-sous-le-feu-des-critiques-7790424485
2017-10-08 19:38:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6xUW89NO3XsBlw5RoV8p0w/330v220-2/online/image/2017/0520/7788630939_anne-hidalgo-a-seville-le-19-mai-2017.jpg