1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Macron annonce la création d'une "Fondation pour la mémoire de l'esclavage" en 2018
1 min de lecture

Macron annonce la création d'une "Fondation pour la mémoire de l'esclavage" en 2018

Souhaitée par François Hollande, cette fondation verra finalement le jour cette année, et sera présidée par l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Emmanuel Macron au Panthéon, lors de la cérémonie du 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage
Emmanuel Macron au Panthéon, lors de la cérémonie du 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage
Crédit : Thibault Camus / POOL / AFP
Léa Stassinet & AFP

Emmanuel Macron n'a pas fait de discours, mais s'est exprimé sur les réseaux sociaux. Comme chaque année, le chef de l'État a pris part à la cérémonie commémorant l'abolition de l'esclavage. Alors que celle-ci avait lieu dans les jardins du Luxembourg tous les 10 mai depuis 2007, le nouveau président de la République a décidé de l'avancer au 27 avril

Une date qui ne doit rien au hasard puisque c'est le 27 avril 1848 que la fin de l'esclavage fut décrétée. Emmanuel Macron a également changé le lieu de la cérémonie, puisque celle-ci s'est déroulée au Panthéon, là où est inhumé Victor Schoelcher, rédacteur du décret d'abolition de l'esclavage. 

C'est donc en ce lieu symbolique que le chef de l'État a annoncé la création de la "Fondation pour la mémoire de l'esclavage" dans le courant de l'année 2018. Annoncée dès 2016 par son prédécesseur François Hollande, celle-ci sera présidée par l'ex-Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault, qui était présent ce 27 avril au Panthéon. 

Elle sera "sera dotée de moyens humains et financiers mais aussi scientifiques, pour mener des missions d'éducation, de culture, de soutien à la recherche et aux projets locaux", a affirmé le chef de l'État sur sa page Facebook. 

À lire aussi

"La Fondation aidera également à replacer l'esclavage dans le temps long de l'Histoire de la France, du premier empire colonial français à nos jours car il est impossible de parler de la France d'aujourd'hui sans parler de son passé colonial", a ajouté Emmanuel Macron, qui voit en cette fondation l'occasion de "porter partout l'engagement de la France pour la liberté car l'esclavage n'a pas disparu et il reste encore aujourd'hui des abolitions à gagner".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/