1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Luc Mélenchon ne veut pas récupérer "Nuit debout" mais serait fier d'être récupéré
2 min de lecture

Jean-Luc Mélenchon ne veut pas récupérer "Nuit debout" mais serait fier d'être récupéré

LE GRAND JURY - Le confondateur du Parti de gauche a expliqué dans Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI tout le bien qu'il pensait de ce mouvement citoyen qu'il souhaite voir "prospérer".

Jean-Luc Mélenchon invité du Grand Jury
Jean-Luc Mélenchon invité du Grand Jury
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
Le Grand Jury du 3 avril 2016 : Jean-Luc Mélenchon
53:58
James Abbott
James Abbott

Le collectif "Nuit Debout" investit chaque nuit depuis le jeudi 31 mars la place de la République à Paris pour protester, entre autres, contre le projet de loi Travail porté par le gouvernement de Manuel Valls. Jean-Luc Mélenchon, invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI ce dimanche 3 avril, voit d'un bon œil ce mouvement indépendant spontané qui est délogé chaque matin par les CRS. "Je ne veux pas récupérer le mouvement, et je serai très fier s'il me récupérait", a-t-il affirmé. 

Dans leur discours, les jeunes de "Nuit Debout" expliquent effectivement qu'ils ne veulent pas de personnalités politiques pour incarner leur mouvement. "Ils ont leurs propres porte-parole et je les félicite. J'espère que ce mouvement va prospérer. (Le grand mouvement citoyen) va arriver de toutes façons, c'est inéluctable pour des raisons qui ne tiennent ni à moi, ni à qui que ce soit, mais au système qui est en train de s'effondrer. On a un pouvoir politique et une caste qui pensent que la solution est plus de marché et moins d'État."

Une jeunesse qui se mobilise pour défendre le code du travail, c'est formidable

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon estime que c'est "formidable" de voir la jeunesse retourner dans la rue. "Ils remontent sur la scène avec une conscience sociale. On aurait payé, on n'aurait pas rêvé mieux. Une jeunesse qui se mobilise pour défendre le code du travail, c'est formidable."

Le leader de "La France insoumise", dont il annonce que le nombre de soutiens va bientôt atteindre les 100.000, refuse de dire s'il participera un jour à ces rassemblements car il estime qu'il y aura trop de caméras et de journalistes s'ils venait et craint des scènes de chaos. "À ce moment-là, les gens jetteront des bouteilles de bière sur les caméras et les micros, et on dira que c'est moi qui les lance", s'amuse-t-il en référence à des troubles qui ont eu lieu durant des précédentes manifestations contre la loi Travail.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/