1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Fermeture de Fessenheim : les Français vont "payer deux fois", dénonce Nathalie Kosciuko-Morizet
1 min de lecture

Fermeture de Fessenheim : les Français vont "payer deux fois", dénonce Nathalie Kosciuko-Morizet

REPLAY - INVITÉE RTL - La numéro 2 des Républicains critique un "arrangement politique", après les propos ambiguës de Ségolène Royal concernant la fermeture de la centrale de Fessenheim fin 2018.

Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de RTL, le 9 septembre 2015
Nathalie Kosciusko-Morizet, invitée de RTL, le 9 septembre 2015
Crédit : Paul Guyonnet / RTL.fr
"Le droit d'asile est inconditionnel et n'est pas soumis à des quotas", dit Nathalie Kosciusko-Morizet
09:52
"Le droit d'asile est inconditionnel et n'est pas soumis à des quotas", dit NKM
09:56
Marie-Pierre Haddad

La centrale nucléaire de Fessenheim va-t-elle fermer "l'horizon de la fin du quinquennat", comme l'avait promis François Hollande ? La ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, a semé le trouble en annonçant que l'activité de la centrale devra cesser "quand Flamanville ouvrira". Cependant, la mise en service de l'EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération, a été reportée à fin 2018.

"Les Français vont avoir une double peine", estime Nathalie Kosciusko-Morizet car ils vont "payer deux fois pour quelque chose qui ressemble à un arrangement politique. Quand on mélange l'idéologie politique avec la sûreté nucléaire cela ne donne pas des choses formidables".

Est-ce que vous pensez que c'est l'investissement prioritaire ?

Nathalie Kosciusko-Morizet

La numéro 2 des Républicains rappelle que l'Autorité de sécurité nucléaire "a prescrit des travaux pour Fessenheim". "On aurait pu choisir de fermer mais on a choisi de faire des travaux. La décision définitive a été prise après l'élection de François Hollande. C'est donc une décision à laquelle il a participé. Il y a des dizaines de millions d'euros qui ont été investis pour prolonger la vie de la centrale".
 
Elle dénonce l'incohérence du gouvernement qui a lancé pour ensuite fermer la centrale nucléaire. "C'est demander aux Français de payer deux fois. (…) Est-ce que vous pensez que c'est l'investissement prioritaire ? (…) On ne peut pas jouer comme ça avec les Français". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/