1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Européennes 2019 : les partis peinent toujours à désigner leur tête de liste
2 min de lecture

Européennes 2019 : les partis peinent toujours à désigner leur tête de liste

Hormis le Parti communiste et Europe Écologie - Les Verts, la désignation de leur tête de liste en vue des élections européennes de 2019 vire au casse-tête pour les formations politiques.

Un électeur prenant ses bulletins, le 7 mai 2017
Un électeur prenant ses bulletins, le 7 mai 2017
Européennes 2019 : les partis peinent toujours à désigner leur tête de liste
03:49
Européennes 2019 : les partis peinent toujours à désigner leur tête de liste
03:46
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

On ne sait toujours pas qui conduire la liste de La République En Marche, ni qui sera désigné à la tête de celle des Républicains, encore moins de celle du Parti socialiste pour les élections européennes. Or vous savez peut-être qu'en 2019 nous voterons à nouveau pour des listes nationales, et non plus régionales, et que donc les personnalités choisies pourraient jouer un rôle déterminant dans la campagne.

Alors il faut dire qu'au PS comme chez LR, les tiraillements sur la ligne du parti en matière européenne compliquent la donne. Sans compter le fait que la loi sur le non-cumul des mandats limite le champ des possibles. Ni Olivier Faure ni Laurent Wauquiez, les chefs de file des deux partis, respectivement député et président de région, n'ont d’ailleurs l'intention de l’être eux-mêmes.

À droite, pour l'heure, ne circulent que les noms de cadres du parti réputés pro-européens. C'est le cas du député Damien Abad, l'un de ses vice-présidents, mais aussi de Jean Leonetti ou encore de Michel Barnier - l'ex-commissaire européen et actuel négociateur en chef du Brexit pour l'Union européenne, dont c'est la famille d'origine, mais dont le nom est aussi évoqué du côté de La République En Marche.

La carte ministre chez REM ?

Le parti majoritaire où l’on n’exclut pas de jouer la carte ministre. La secrétaire d'État Marlène Schiappa pourrait, par exemple, être candidate, mais les possibilités sont nombreuses. "La personnalité idéale n'existe pas, il n'y a pas d'évidence, pas d'icône européenne qui s'impose", m'a confié le patron de REM Christophe Castaner à ce sujet. Le temps ne presse pas de toutes façons : "Sortir son nom trop tôt en fera une cible".

À lire aussi

Reste enfin une possibilité, qui m'a été soufflée à mots couverts par un conseiller d'Édouard Philippe : s'abstenir de trouver désigner une personnalité d'envergure. Autrement dit : laisser le chef de l'État, qui a fait de son engagement européen un marqueur de sa politique, en première ligne.

À noter que le 24 septembre prochain (c'est une information RTL), Christophe Castaner réunira pour la première fois depuis la rentrée son "comité de campagne" pour les élections européennes, composé de personnalités du parti et de ministres.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/