1 min de lecture États-Unis

États-Unis : la lanceuse d'alerte Chelsea Manning est sortie de prison

L'ex-soldat a passé sept ans passés derrière les barreaux pour avoir révélé des bavures militaires américaines. Sa peine avait été commuée par Barack Obama juste avant son départ de la Maison Blanche.

Chelsea Manning est accusée d'avoir fait fuiter plus de 700.000 documents confidentiels.
Chelsea Manning est accusée d'avoir fait fuiter plus de 700.000 documents confidentiels. Crédit : Uncredited/AP/SIPA
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

"La liberté n'était qu'un rêve (...). Et c'est maintenant !". Il y a quelques jours, Chelsea Manning laissait éclater sa joie sur Twitter, qu'elle utilisait depuis sa cellule. Après sept ans de réclusion, l'ex-analyste militaire a quitté le pénitencier de Fort Leavenworth situé dans le Kansas aux États-Unis. Elle devait à l'origine y passer 35 ans de sa vie, mais Barack Obama lui avait accordé une remise de peine juste avant de quitter la Maison Blanche. 

Entrée en prison en tant qu'homme, alors prénommé Bradley, elle est ressortie libre en tant que femme. Traîtresse qui a pactisé avec l'ennemi pour les uns, héroïne des libertés pour les autres, l'ancienne informatrice de WikiLeaks avait fait fuiter en 2010 plus de 700.000 documents confidentiels ayant trait aux guerres d'Irak et d'Afghanistan, dont plus de 250.000 câbles diplomatiques qui avaient plongé les Etats-Unis dans l'embarras. 

En 2013, elle avait été reconnue coupable de 20 chefs d'accusation, comprenant notamment l'espionnage, la fraude et le vol de documents diplomatiques et confidentiels, mais avait été acquittée pour le chef d'accusation le plus lourd, à savoir "intelligence avec l'ennemi". En prison, la détenue transsexuelle a fait deux tentatives de suicide en 2016. Elle avait également entamé une grève de la faim pour dénoncer les mesures disciplinaires dont elle faisait l'objet. 

"Le jour est enfin venu", s'est réjouie Chelsea Manning dans un communiqué après sa libération. "Quoi que me réserve l'avenir, c'est bien plus important que le passé. Je cherche dès maintenant des choses qui soient passionnantes, étranges, amusantes et toutes nouvelles pour moi". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Wikileaks Barack Obama
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants