1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Dialogue social : le gouvernement "prendra ses responsabilités" après l'échec des négociations
2 min de lecture

Dialogue social : le gouvernement "prendra ses responsabilités" après l'échec des négociations

Après l'échec des négociations entre les différents partenaires sociaux, le ministre du Travail François Rebsamen a annoncé jeudi 22 janvier que le gouvernement "prendrait ses responsabilités".

Les discussions entre gouvernement et partenaires sociaux, jeudi 22 janvier, ont échoué
Les discussions entre gouvernement et partenaires sociaux, jeudi 22 janvier, ont échoué
Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le gouvernement "prendra ses responsabilités pour moderniser le dialogue social dans l'entreprise". Voilà ce qu'a indiqué jeudi 22 janvier le ministre du Travail François Rebsamen dans un communiqué, après l'échec des négociations entre partenaires sociaux et patronat.

Les points en discussion portaient sur la représentation des salariés en entreprise, notamment les très petites entreprises. Certains syndicats étaient prêts à accepter une instance unique, comme le proposait le patronat, à condition de ne pas y perdre en terme de moyens.

Au vu du texte qui leur était proposé, les syndicats étaient pessimistes ce matin. À mi-journée, tout le monde s'est séparé sur la promesse d'une nouvelle mouture à la reprise. Mais après le déjeuner, la réunion a tourné court, faute de nouvelle proposition patronale.

"Le dialogue social demeurera notre méthode"

Il recevra les organisations syndicales et patronales "la semaine prochaine" pour "préparer la réunion du 19 février qui se tiendra sous l'égide du Premier Ministre". Le gouvernement fixera alors ses orientations "sur la base du document d'orientation que j'avais envoyé aux partenaires sociaux en juillet dernier", comme l'a précisé le ministre.

À écouter aussi

À l'époque, François Rebsamen préconisait de "simplifier les obligations de consultation" et "les missions respectives des institutions représentatives du personnel", et d'imaginer "des formes spécifiques de représentation des salariés des petites entreprises".

Si le gouvernement "regrette" l'échec des négociations "malgré une quinzaine de réunions", "le dialogue social demeurera notre méthode", a assuré François Rebsamen, tout en appelant à "réfléchir" sur les pratiques de négociation. Selon lui, le fait de "toujours partir d'un texte patronal très éloigné des attentes des uns et des autres (...) rend plus difficile l'émergence d'un compromis"

Une déconvenue pour François Hollande

Après quatre mois de discussions tendues, organisations syndicales et patronales se sont quittées jeudi après-midi sur un "constat de désaccord", selon les termes du négociateur du Medef Alexandre Saubot. 

Il s'agit d'une déconvenue pour François Hollande, qui a fait du dialogue social son cheval de bataille. Le président de la République avait prévenu lundi qu'un échec "aurait des conséquences qui iraient bien au-delà de cette réforme". 

Le ministre du Travail a toutefois relativisé la portée de l'échec : "Ce n'est ni la première, ni la dernière fois qu'une négociation n'aboutit pas, en particulier sur ce thème."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/