1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Crise en Grèce : "Je n'accepte pas la déconstruction de l'Europe", clame Jean-Pierre Raffarin
1 min de lecture

Crise en Grèce : "Je n'accepte pas la déconstruction de l'Europe", clame Jean-Pierre Raffarin

INVITÉ RTL - Si la droite a des avis divergents sur la question grecque, pour l'ancien premier ministre, un Grexit serait un "premier recul historique" pour l'Europe.

Jean-Pierre Raffarin, invité de RTL, le 16 juillet 2015
Jean-Pierre Raffarin, invité de RTL, le 16 juillet 2015
Crédit : Lucas Colin / RTL.fr
Crise en Grèce : "Je n'accepte pas la déconstruction de l'Europe", clame Jean-Pierre Raffarin
08:26
Jean-Pierre Raffarin : "La France s'est donnée les moyens de se défendre"
08:25
Claire Gaveau
Claire Gaveau

"Il faut laisser de côté la question politique". Pour Jean-Pierre Raffarin, la question grecque dépasse le cadre politique alors qu'il accuse François Hollande de tirer la couverture à lui : "Le débat, ce n'est pas Hollande ou pas Hollande, le débat c'est l'Europe ou pas l'Europe". 

Et l'ancien premier ministre est clair. Une sortie de la Grèce de la zone euro serait un "premier recul historique". "Dans le monde, l'Europe est pensée comme une structure et un projet très crédible", avance-t-il alors que la situation de la Grèce apparaît logique à ses yeux. "C'est vrai dans la vie privée comme dans la vie publique. Quand vous êtes très endetté, vous dépendez de vos créanciers et vous n'avez pas toutes les armes. La souveraineté de la Grèce est en jeu", déclare-t-il.

Alexis Tsipras "joue un double jeu"

Mais la question divise largement alors qu'à droite, les discours divergent. Si Alain Juppé a évoqué un Grexit, Jean-Pierre Raffarin milite pour l'Europe. "Je n'accepte pas la déseurope, je n'accepte pas la déconstruction de l'Europe", a-t-il clamé alors que le Parlement a voté massivement l'accord entre la Grèce et les pays de la zone. "Le Parlement n'a pas voté pour François Hollande ou Manuel Valls mais pour l'Europe et la Grèce".

Et si l'accord a été adopté par le parlement grec, Jean-Pierre Raffarin appelle le peuple grec a être vigilant vis-à-vis des propos d'Alexis Tsipras qu'il accuse de "jouer un double jeu". "D'un côté, il joue le jeu de Syriza en faisant un certain nombre de promesses et de l'autre il négocie en disant lui-même qu'il n'y croit pas". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/