1 min de lecture Affaire Tapie

Arbitrage Tapie : Christine Lagarde ne devrait pas se "pourvoir en cassation"

INVITÉ RTL - L'avocat de Christine Lagarde, Maître Patrick Maisonneuve, revient sur la décision de justice qui reconnaît coupable la directrice du FMI de "négligence"

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Arbitrage Tapie : Christine Lagarde ne devrait pas se "pourvoir en cassation" Crédit Image : AFP PHOTO / Saeed KHAN | Crédit Média : Florence Cohen | Durée : | Date : La page de l'émission
Florence Cohen
Florence Cohen et Claire Gaveau

Christine Lagarde a été reconnue coupable de "négligence" ce lundi 19 décembre" pour sa gestion de l'arbitrage Tapie. La dirigeante du Fonds monétaire international, et ex-ministre, est toutefois dispensée de peine par la Cour de justice de la République qui était en charge du jugement. "Christine Lagarde n'a aucune condamnation, il y a un griefs sur douze qui a été retenu. Mais la Cour a estimé, du fait qu'il n'y avait pas eu in fine de conséquences sur les finances publiques, qu'il n'y avait pas lieu de prononcer la moindre condamnation à son égard", a commenté son avocat. 

Invité de RTL, Me Patrick Maisonneuve a relevé que "sur une simple analyse pénale, il n'y a aucune condamnation ce soir". Mais l'avocat de Christine Lagarde assure que cette décision "ne les satisfait pas totalement" refusant ainsi l'idée l'ex-ministre sous Nicolas Sarkozy a été placée "au dessus des lois". Cependant, un recourt en cassation n'est pour l'heure pas d'actualité. "C'est à l'étude mais comme il y a aucune condamnation pénale, quel serait l'intérêt et l'utilité d'un recourt je n'en suis pas convaincu. Il est probable que nous ne fassions pas de pourvoi en cassation". De fait, Christine Lagarde a ensuite affirmé elle-même plus tard dans la soirée qu'elle ne déposerait pas de recours contre le jugement.

Certains dénoncent dès lors un jugement de connivence alors que la Cour de justice de la République est composé de trois magistrats mais également de six députés et six sénateurs. Une critique balayée d'un revers de main par l'avocat de Christine Lagarde qui dénonce au contraire une "judiciarisation assez dangereuse pour l'avenir". "Je dirai simplement que par rapport à cette décision, elle est susceptible d'avoir des conséquences pour l'avenir parce que finalement, si on retient ce délit de négligence, c'est le regard du judiciaire qui pourra être porté sur l'activité des décideurs publics".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Tapie Christine Lagarde FMI
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants