2 min de lecture Faits divers

Yvelines : une femme de 26 ans soupçonnée d'avoir tué sa fille à la maternité

VU DANS LA PRESSE - Mise en examen ce jeudi 4 avril, une jeune femme est soupçonnée d'avoir, en août dernier, donné intentionnellement la mort à l'un de ses jumeaux. Une relation de couple toxique pourrait être à l'origine de ce terrible passage à l'acte.

Un bébé à la naissance (illustration)
Un bébé à la naissance (illustration) Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

Une jeune maman de 26 ans est soupçonnée d'avoir, en août 2018, étouffé l'un de ses nouveau-nés. Les faits se seraient produits à la maternité du Chesnay, près de Versailles, dans les Yvelines. Mise en examen ce jeudi 4 avril, elle aurait agi dans des circonstances particulièrement effroyables, comme le relate le journal le Parisien

Le 4 août dernier, la jeune femme met au monde des jumeaux, un garçon et une fille. Alors que les deux nourrissons sont hospitalisés, la petite fille est retrouvée sans vie. Les médecins pensent d'abord à une mort subite du nourrisson. L'autopsie confirme que le bébé s'est étouffé seul dans son lit. Le parquet classe alors le dossier.  

Mais un coup de théâtre vient donner une nouvelle perspective à l'affaire. Le 22 décembre, la grand-mère des bébés se rend dans un commissariat parisien, avec à la main une lettre où sa fille confesse avoir tué volontairement son enfant. La jeune femme, fragile psychologiquement et au passif familial lourd, y précise avoir accompli un tel geste "par peur de la violence de son compagnon"

"Elle est elle-même issue d’une famille qui souffrait de graves problèmes et avait été placée dans son enfance alors que sa mère était alcoolique", précise une source proche du dossier au Parisien.

L'ombre du père

À lire aussi
Une infirmière dans un Ehpad à Lens le 4 décembre 2013 justice
Seine-et-Marne : une aide-soignante d'Ehpad aurait utilisé les cartes bancaires de résidents

Déjà mère de trois enfants, tous placés à l'assistance sociale, elle avoue ne plus vouloir d'autres bébés, précisant même avoir voulu avorter pendant sa grossesse. Et pour cause, son compagnon, dont elle est aujourd'hui séparée, se serait montré très hostile à l'idée de cette nouvelle maternité. 

"Toute l’existence de cette jeune femme est centrée autour d’une relation toxique avec le père des enfants", précise-t-on auprès du quotidien. Vraisemblablement toujours éprise de cet homme, pourtant condamné pour des violences à son encontre et avec lequel tout contact lui est interdit, la femme de 26 ans aurait décidé de commettre l'impardonnable. 

"Comme cet homme, à la fois craint et aimé, ne voulait pas de nouveaux bébés dans sa vie, cette femme aurait décidé de supprimer l’un de ses jumeaux", confie une source proche du dossier. L'homme qui vit dans l'Essonne se défend de toute complicité auprès des enquêteurs, en s'appuyant sur un enregistrement téléphonique où la mère s'accuse du meurtre. 

Remise en liberté sous contrôle judiciaire, le jeune femme, qui a nié pendant ses auditions toute intention de donner la mort à son bébé, se trouve dans l'obligation de suivre des soins psychologiques. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Yvelines Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants