1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Viol présumé au 36 quai des Orfèvres : "Je pense que les policiers ont menti depuis le premier jour", accuse Emily, la touriste canadienne
1 min de lecture

Viol présumé au 36 quai des Orfèvres : "Je pense que les policiers ont menti depuis le premier jour", accuse Emily, la touriste canadienne

DOCUMENT RTL - Émily, la touriste canadienne, se confie au micro de RTL après le non-lieu prononcé par la justice pour les deux policiers de la BRI qu'elle accuse de l'avoir violée en 2014.

Le siège de la police judiciaire, au 36 quai des Orfèvres, à Paris
Le siège de la police judiciaire, au 36 quai des Orfèvres, à Paris
Crédit : AFP
Viol présumé au 36 quai des Orfèvres : "Je pense que les policiers ont menti depuis le premier jour", accuse Émilie, la touriste canadienne
00:56
micros
La rédaction numérique de RTL

L'affaire avait ébranlé le prestigieux 36 quai des Orfèvres en 2014. Une touriste canadienne accusait alors deux policiers de la BRI de l'avoir violée dans les locaux de la police judiciaire, le 22 avril 2014. Mercredi 20 juillet, la justice a prononcé un non-lieu pour les deux policiers qui étaient poursuivis pour viol en réunion. Cette touriste canadienne, Émily, sort de son silence ce jeudi 21 juillet. "Je suis choquée, indignée par la décision des juges d'ignorer les éléments de preuve", explique-t-elle à Marc-Olivier Fogiel, qui l'a jointe au Canada. Malgré ces éléments, le juge d'instruction estime que le témoignage d'Émily n'est pas fiable. "Je pense que les policiers ont menti depuis le premier jour", estime la jeune femme.

"C'était horrible, c'était brutal", confie-t-elle. Difficile pour elle de raconter cette nuit d'horreur. Mais "tout le monde doit savoir que j'ai été violée", ajoute-t-elle. Selon Émily, le juge a estimé qu'elle était consentante ce soir-là. "J'avais bu, j'étais extrêmement alcoolisée cette nuit-là. Je comprends mais ça ne change rien à ce qui m'est arrivé. Je sais ce qui m'est arrivé, je m'en souviens. J'étais là". Malgré cette décision des juges d'instruction, Émily en est persuadée : "La justice l'emportera". Le Parquet, qui avait demandé le renvoi des policiers devant les assises, a fait appel du non-lieu, de même que l'avocate d'Emily.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/