2 min de lecture Justice

Tolbiac : le président de l'université Paris-I porte plainte

Georges Haddad a décidé de saisir la justice après l'occupation des étudiants. Une plainte a été déposée vendredi 20 avril auprès du parquet de Paris, selon le "Journal du dimanche".

La faculté de Tolbiac est occupée depuis la fin du mois de mars par des étudiants qui protestent contre la réforme de l'université
La faculté de Tolbiac est occupée depuis la fin du mois de mars par des étudiants qui protestent contre la réforme de l'université Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

Après l'occupation durant quatre semaines de l'université Paris-I de Tolbiac, son président Georges Haddad a décidé de saisir la justice. Le Journal du dimanche, révèle qu'une plainte a été déposée vendredi 20 avril en son nom auprès du parquet de Paris. "Cette plainte vise à identifier, poursuivre et réprimer les fauteurs de troubles dont la plupart ne font pas partie de l'université " selon les avocats du président de l'université de Tolbiac

"Son objectif est de protéger l'institution, les sites et l'image de la Sorbonne. L'enquête devra établir les éventuelles qualifications pénales à rechercher pour un préjudice qui se chiffre à plusieurs centaines de milliers d'euros", ajoutent Pierre-Olivier Sur et Mathias Chichportich dans le JDD.  "C'est l'argent de la Nation qui a été gaspillé", a déclaré vendredi Georges Haddad lors d'un point presse à la Sorbonne.

Une enquête ouverte pour identifier les auteurs des dégradations

Tags sur les murs, vidéoprojecteurs lacérés, portes des amphithéâtres forcées, distributeurs de confiseries éventrés, câblages sonores détériorés, à l'instar des écrans dans les halls d'entrée de l'établissement, les dégâts sont nombreux. Des détériorations qui ont abouti à la fermeture de l'université jusqu'à la rentrée de septembre. Georges Haddad signale notamment la découverte sur le site "d'une dizaine de cocktails Molotov" ou "de substances inflammables" en instance d'analyse.

Une enquête a été ouverte pour identifier les auteurs des dégradations, selon l'Agence France-Presse. Une identification complexe puisqu'il n'y avait aucun dispositif de vidéosurveillance. Les investigations ont été confiées à la Sûreté territoriale, a précisé la source judiciaire. 

À lire aussi
Bannière du IIIe Reich (illustration) nazisme
Allemagne : mort d'un ancien nazi impliqué dans un massacre en France

Georges Haddad avait évalué vendredi le coût des "dégradations" - notamment des tags dans des amphis et du matériel informatique détruit - à "plusieurs centaines de milliers d'euros" et annoncé que des experts avaient été mandatés pour réaliser un chiffrage précis.  
"On va chiffrer les dégâts et faire en sorte que la tour soit opérationnelle le plus rapidement possible", a promis Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur. 

Le site est pour l'heure fermé jusqu'à nouvel ordre, en attendant sa remise en état. Les examens prévus le 2 mai auront lieu dans d'autres universités de Paris et région parisienne. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Université Blocage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793110179
Tolbiac : le président de l'université Paris-I porte plainte
Tolbiac : le président de l'université Paris-I porte plainte
Georges Haddad a décidé de saisir la justice après l'occupation des étudiants. Une plainte a été déposée vendredi 20 avril auprès du parquet de Paris, selon le "Journal du dimanche".
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/tolbiac-le-president-de-l-universite-paris-i-porte-plainte-7793110179
2018-04-22 08:29:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/NMFgltmf5Ue_6hsU6-RlOg/330v220-2/online/image/2018/0407/7792928198_la-faculte-de-tolbiac-est-occupee-depuis-la-fin-du-mois-de-mars-par-des-etudiants-qui-protestent-contre-la-reforme-de-l-universite.jpg