1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Tirs dans un Thalys : un rapport blanchi le comportement du personnel de bord
2 min de lecture

Tirs dans un Thalys : un rapport blanchi le comportement du personnel de bord

REPLAY - Des critiques s'étaient élevées contre les agents et les voyageurs qui s'étaient cachés dans un fourgon à bagage au moment de l'attaque d'Ayoub El-Khazzani le 21 août dernier.

Attentat du Thalys : un rapport blanchi le comportement du personnel de bord
Attentat du Thalys : un rapport blanchi le comportement du personnel de bord
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Tirs dans un Thalys : un rapport blanchi le comportement du personnel de bord
02:07
Éric Vagnier & La rédaction numérique de RTL

Pour comprendre ce qu'ils s'est passé le 21 août dernier dans le Thalys, la compagnie vient de rendre les conclusions de son enquête interne. Ce jour-là, un ressortissant marocain, Ayoub El-Khazzani, avait fait irruption dans un wagon du Thalys lourdement armé. L'assaillant avait pu être maîtrisé par trois militaires américains en vacances, après avoir tiré plusieurs coups de feu et fait des blessés.

Dans ces conclusions, un rapport  excuse le comportement du contrôleur et des deux agents du service de restauration qui s'étaient réfugiés dans un fourgon à bagages en compagnie de trois voyageurs au moment de la tentative d'attentat dans le train Amsterdam-Paris du 21 août dernier

Selon les conclusions de l'enquête, le personnel de bord a fait ce qu'il a pu dans un contexte d'extrême tension face à une situation sans précédent. Les trois employés et les voyageurs avaient bloqué la porte du compartiment où ils s'étaient réfugiés avec des trolley, sans laisser entrer d'autres passagers qui souhaitaient les rejoindre.

Le rapport leur accorde des circonstances atténuantes : ils étaient en panique se croyant poursuivis par le terroriste et une fois à l'intérieur du fourgon, avec le bruit de la motrice juste à côté qui leur a servi d'échappatoire, ils n'auraient pas entendu les appels à l'aide des autres voyageurs. Les enquêteurs mettent d'ailleurs l'accent globalement sur l'effet de panique : la rapidité des événements laissant peu de place à la réflexion et à la compréhension des faits pour agir efficacement.

Former le personnel pour gérer les situations à risque

À lire aussi

Dans ses conclusions, le rapport préconise donc d'organiser des formations spécifiques avec des psychologues pour apprendre à gérer les risques de panique en cas de grand danger : la bonne attitude à avoir, les mots justes, les gestes appropriés pour calmer, rassurer les passagers. Il recommande aussi d'organiser à blanc des exercices d'évacuation et améliorer les systèmes de communication entre les contrôleurs et le conducteur et d'afficher partout dans les rames les numéros d'urgence à appeler selon les pays traversés.

Le comportement du personnel de bord avait été remis en question après les déclarations du comédien Jean-Hugues Langlade, présent au moment des faits. "Nous avons essayé de forcer la porte pour entrer dans la cabine de la motrice, mais l'accès nous était complètement refusé, et des forces contraires poussaient la porte pour nous empêcher de pénétrer", avait déclaré l'acteur au micro de RTL peu après les faits.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/