1 min de lecture Jacqueline Sauvage

Jacqueline Sauvage renonce à faire appel de son maintien en prison

Le 12 août dernier, la justice avait refusé la demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage, qui avait obtenu une grâce partielle de sa condamnation à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent.

Rassemblement de soutien à Jacqueline Sauvage
Rassemblement de soutien à Jacqueline Sauvage Crédit : Sipa
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Jacqueline Sauvage ne fera pas appel de son maintien en prison, annoncent ses avocates ce jeudi 18 août. Condamnée à dix ans de réclusion criminelle pour le meurtre en 2012 de son mari violent, la femme de 68 ans est "épuisée de l'acharnement judiciaire à son encontre", affirment les avocates.

Le 12 août dernier, le tribunal d'application des peines de Melun (Seine-et-Marne) avait refusé sa demande de libération conditionnelle, malgré la grâce partielle accordée par François Hollande. Les juges avaient alors motivé leur décision en expliquant que la détenue n'était pas prête psychologiquement. "La notion d'interdit n'apparaît pas encore vraiment intégrée", indiquaient-ils. La justice considérait également que l'entourage de Jacqueline Sauvage risquait "de la conforter encore dans son positionnement largement victimaire".

À l'issue du refus de la demande de libération conditionnelle, le ministère public avait annoncé faire appel de la décision du tribunal d'application des peines de Melun. Dans la foulée, une pétition adressée à François Hollande a été lancée sur le site Change.org. À ce jour, plus de 200.000 personnes l'ont signée. Une première pétition avait déjà été mise en ligne il y a quelques mois et avait récolté plus de 400.000 soutiens.

La décision de maintenir en détention Jacqueline Sauvage a suscité très rapidement de vives réactions dans le monde politique. François Bayrou a dénoncé une "décision incompréhensible" et en a appelé à François Hollande. Pour Anne Hidalgo, c'est une "troisième peine incompréhensible". Valérie Boyer, députée Les Républicains, parle elle d'un "signal catastrophique envoyé aux femmes battues."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jacqueline Sauvage Justice Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants